mardi 30 décembre 2008

2009 tout neuf...2010 tout glisse...



Jonathan bonnave en skate a oloron ste marie nouveau teazer!!!!

jeudi 18 décembre 2008

High dolls et l'Opéra Pagaï à Jéliote


HIGH DOLLS
Marionnettes, gosses et rock’n roll - A partir de 8 ans
Création 2009/2010


La compagnie présente aux curieux de tous bords, ce vendredi 19 Décembre à 18h30 à l'espace Jéliote (entrée libre) , un aperçu de leur travail en cours autour de leur création "High Dolls". Actuellement en résidence à Jéliote, cette rencontre-tentative leur permettra de continuer à avancer dans leur création...

C’est un vrai concert de rock, avec un vrai Power Trio (guitare, basse, batterie) et de vraies chansons de rock (pas des comptines), écrites et interprétées par les mythiques High Dolls : un groupe de trois sales gosses d’une dizaine d’années chacun (à peu prés) qui se sont emparés de l’anticonformisme du rock pour exprimer leur point de vue de gamins sur le monde.
Ce concert-événement touche donc les enfants en particulier, mais pas seulement.
Qui, en effet, ne souhaiterait pas assister à l’une des trop rares apparitions de ces High Dolls si populaires, dont tout le monde parle ?
« Ça » bouge vraiment, « ça » chante vraiment, « ça » joue vraiment, «ç»’est criant (…) de vérité, mais « ça », ce sont des marionnettes !

Francis Cha, la droite, la gauche et le centre ?...

Le jeudi 18 décembre 2008 à la salle Louis Barthou
Organisé par l’association Trait d’union

Politique : la distinction droite gauche a t'elle encore un sens ?

A 18h30 par Francis CHA, professeur de sciences économiques et sociales.
Le monde change et pourtant les références idéologiques perdurent : libéralisme, socialisme, révolution... La conférence se propose de donner les outils d’analyse pour essayer de comprendre les enjeux du monde politique contemporain.

mercredi 17 décembre 2008

Oloron vue de 1771 par Robert de Hesseln

OLERON, petite ville ou bourg, avec un siège d'échêché, suffragant d'Auch, dans le Béarn, situé sur une éminence, avec une vieille tour, entre les 2 ruisseaux d'Osseau & d'Aspe, qui forment au bout de la ville le Gave, que l'on appelle Gave d'Oleron, à cause de cette ville : c'est le siège d'une Sénéchaussée, avec une recette particulière. On y compte environ 1000 habitans. Oleron est la dernière ville du Béarn.


Vue d'Oloron, dessin d'Alfred de Vigny (1797-1863)

Cette ville est partagée par le Gave d'Osseau en deux parties, dont la seconde est appelée Bourg Sainte-Marie. Son siège est connu des les premières années du VI siècle, & il est suffragant de l'archevêché d'Auch. L'évêque d'Oleron prend la qualité de premier baron du Béarn : Il jouit d'environ 13000 livres de revenu. La taxe en cour de Rome est de 600 florins. Sa juridiction peut s'étendre sur environ 280 paroisses ou annexes, tant du Béarn que du pays de Soule. L'église cathédrale est sous l'invocation de Notre-Dame. Son chapitre n'a qu'une dignité, qui est celle d'archidiacre, & 12 chanoines, selon quelques auteurs, & 6 seulement, selon d'autres; avec 8 prébendes, ou officiers du bas choeur; le tout très mal renté.
Cette ville fut autrefois beaucoup plus florissante par son étendue et par la richesse du commerce qu'elle faisoit en Arragon; mais ses facteurs et correspondans furent pillés & chassés de Sarragosse il y a près de 70 ans; ce qui a occasionné la ruine des commerçans d'Oleron. Cette ville est pourtant place de guerre, à la vérité de peu de conséquence. On ne laisse pas que d'y entretenir état-major, garnison, petit arsenal, & quelques pièces d'artillerie.
Elle est à 4 lieues de Pau, & à 185 de Paris.

ndlr: A l'époque, une lieue égale 4km

Dictionnaire universel de la France par Robert de Hesseln

mardi 16 décembre 2008

Comment la majorité veut museler le parlement...

L'objet porte le doux nom de «projet de loi organique visant à l'application des articles 34-1, 39 et 44 de la Constitution». Il a été adopté en conseil des ministres mercredi dernier et il est programmé pour le 16 janvier dans l'hémicycle, après un passage au canon en commission des lois le 7 janvier à 9 h 30.

Dans un jargon bien hermétique, trois articles de ce texte prévoient de retirer presque complètement le droit d'amendement aux députés et de limiter leur temps de parole. C'est tout simple, il suffisait d'y penser...

Cette note porte sur le droit d'amendement mais en appelle une seconde sur le temps de parole.

L'article 11 prévoit qu'après l'expiration des délais, sont «seuls recevables les amendements déposés par le gouvernement ou par la commission saisie au fond». Cela n'a – a priori – l'air de rien mais l'application de ces quelques mots est redoutable.

Pour le comprendre, il faut intégrer le fait que demain (c'est-à-dire à partir du 1er mars 2009), ne viendront en discussion dans l'hémicycle que les textes adoptés par l'une des 8 commissions permanentes de l'Assemblée.

Pour le moment, le premier débat a lieu au sein des commissions. Y participent les députés qui en sont membres mais aussi tous ceux qui peuvent être intéressés par le sujet. Par contre, seuls les premiers peuvent déposer des amendements. Ces suggestions de modification des textes sont discutées, votées et donc parfois adoptées y compris celles de l'opposition (si, si cela arrive...). Ensuite, le texte vient dans l'hémicycle, et là tous les députés peuvent déposer des amendements. S'en suit alors une discussion article par article, amendement par amendement. C'est un travail minutieux au terme duquel il est rare que le projet de loi ne soit pas enrichi avant d'être voté. Bien entendu, mais c'est la logique de la démocratie, la majorité garde le contrôle du résultat du vote final.

Demain, le premier -et en fait seul- débat aura lieu en commission dans les mêmes conditions. Par contre, dans l'hémicycle, les députés ne pourront plus amender le texte adopté par la commission. Et c'est là que réside l'inacceptable.



Car si tout est verrouillé pour les élus, le gouvernement reste par contre totalement libre. S'il a été battu en commission ou s'il n'accepte pas le travail de cette dernière, il pourra avant le passage dans l'hémicycle proposer une nouvelle écriture qui contredira le vote de la commission. Il pourra même déposer des amendements vidant de leur sens les enrichissements acceptés par les députés. Tout cela devant des parlementaires impuissants puisqu'il leur sera interdit de contre-attaquer en déposant de nouveaux amendements !

Un gouvernement tout-puissant n'acceptant aucune entrave, une majorité réduite au rang de faire-valoir et une opposition muselée, voilà concrètement la revalorisation du parlement façon Sarkozy !

Mais que l'on me comprenne bien, défendre le droit d'amendement comme je le fais ici n'est pas un combat d'un parlementaire pour les parlementaires. Derrière ce projet, c'est la possibilité pour les associations, pour les syndicats et pour les milliers d'acteurs de la vie civile de faire entendre leurs points de vue !

Jean-Jacques Urvoas, député PS Finistère

source

Bien comprendre les conséquences de la Crise en deux minutes seulement

vendredi 12 décembre 2008

Les raisons de la colère

Les raisins de table fortement contaminés par les pesticides.

Au cours du mois d’octobre dernier, cinq organisations environnementales, dont le MDRGF (1) et Greenpeace, ont acheté quelques 124 échantillons de raisins de table dans 16 chaînes de supermarchés, respectivement réparties en Italie, en France, aux Pays-Bas, en Hongrie et en Allemagne. L’objectif de cette opération était d’évaluer la teneur en pesticides des différents produits acquis, en les soumettant à un laboratoire allemand pour qu’il en analyse le contenu. D’un poids minimum d’un kg chacun, les échantillons en question sont majoritairement issus de cultures italiennes (62) et grecques (34) pratiquant une agriculture intensive.

Approuvés par le réseau Pesticide Action Network Europe (PAN), les résultats ont révélé que 99,2 % des raisins analysés étaient contaminés, soit 124 échantillons sur 125 testés.
Les analyses ont par ailleurs montré une tendance générale à la concentration de plusieurs pesticides au sein d’un même produit. Ainsi, deux pesticides et plus ont été retrouvés dans 97,6 % des cas, soit une proportion de 121 sur les 124 produits répertoriés. Or, ces cocktails peuvent conduire à des associations entre les différentes substances potentiellement toxiques, exposant le consommateur à un risque sanitaire accru. On estime qu’en moyenne chaque échantillon contenait 6,5 pesticides différents, un échantillon vendu en France arrivant en tête de liste avec pas moins de 16 pesticides distincts.

Sans surprise au regard des résultats divulgués, la Limite Maximale de Résidus (LMR) a été dépassée dans 6 cas. Selon le MDRGF, ce chiffre ne serait pourtant pas représentatif de la situation réelle, adouci par les nouvelles LMR européennes révisées en 2008 et jugées plus conciliantes. En témoignent les 64 pesticides différents détectés au cours de l’enquête menée, certains recelant des substances cancérigènes, neurotoxiques ou à l’origine de perturbations du système hormonal. Ainsi, l’insecticide « fenitrothion » présente un danger neurotoxique alors que le fongicide « folpet » est officiellement reconnu comme cancérigène par l’Union européenne. Tous deux ont été décelés sur des produits achetés en France, le fenitrothion présentant des niveaux 59 fois plus élevés que ce que la loi permet toujours selon le MDRGF.

La suite ici

Ma télé commande

Autant vous prévenir dès à présent, ce "documentaire" amateur dans son intégralité manque sans doute un peu de corps et de structure idéologique. Des questions essentielles, par le biais de larges extraits et donnant la part belle au Network de Sydney Lumet, sont quoiqu'il en soit mises en évidence, même si le fil de ce film se détourne parfois de la politique pour aborder les rives du sociétal, certes de très belle manière mais qui sont justement souvent récupérées par les politiques et l'entreprise médiatique pour façonner des opinions "à pas cher". Ce film utilise donc en partie les mêmes ficelles que les pratiques qu'il met en accusation. Sans parler du côté compilation de prêches interminables qui nous plonge malgré nous dans un univers très anglo-saxon. Il n'en demeure pas moins que ce montage soit essentiel à regarder et à faire diffuser par les temps qui courent...


vendredi 5 décembre 2008

Les Fantômes du fer...de la vallée d'Aspe

Voici la bande-annonce du film documentaire Les Fantômes Du Fer, tourné en 2007, achevé en 2008. Il parle d'une ligne de chemin de fer désaffectée qui traverse les Pyrénées entre Oloron-Sainte-Marie et Canfranc, en Espagne.

mercredi 3 décembre 2008

Aliments irradiés : l'envers du décor !


Présentation de l’ouvrage

L’irradiation des aliments est officiellement une technologie idéale au service de la sécurité sanitaire mondiale permettant d’éliminer des pathogènes responsables de millions d’infections d’origine alimentaire. Elle est souvent présentée comme une alternative bienvenue à l’usage d’autres dispositifs comme les produits chimiques (devenus interdits ou impopulaires parce que toxiques). C’est cependant - et surtout - une technologie multi usages (conservation, décontamination, ralentissement du mûrissement, inhibition de la germination) servant à merveille les intérêts de multinationales, répondant à des normes de gestion du risque calibrées pour la production et la commercialisation industrielle de masse à l’échelle mondiale. C’est ainsi un outil de domination économique stratégique.

Après la vache folle, à côté des pesticides et des OGM, l’irradiation des aliments… Dans cet ouvrage collectif, des scientifiques, écologistes, économistes, syndicalistes et consommateurs apportent leur regard sur l’irradiation des aliments et le contexte dans lequel son usage se répand. C’est en réalité un instrument méconnu - mais emblématique - de la mondialisation des échanges agro-alimentaires, sous influence pro nucléaire. C’est une technologie en plein développement au niveau mondial, encouragée par les institutions internationales et certains Etats malgré des conséquences sanitaires, environnementales et socio-économiques non négligeables.

Les risques pour la santé qu’elle induit et les conséquences socio-économiques et environnementales de sa prolifération ne sont pas anodins : perte de vitamines, risques de perturbations génétiques et d’apparition de tumeurs cancéreuses ; conséquences pour l’emploi et l’économie locale par la délocalisation des productions ; risques liés au fonctionnement d’installations et au transport de matières nucléaires, aux modes de production et de distribution industriels de masse (pollutions, changement climatique, atteinte aux milieux naturels et à la biodiversité).

Si nos institutions – mondiales, européennes et nationales – taisent ces enjeux sous couvert de « sécurité sanitaire » et de satisfaction de la demande des consommateurs, il revient aux citoyens de s’informer et d’agir…

Ouvrage coordonné par le Collectif français contre l’irradiation des aliments Avec les contributions de Geneviève Azam, Jean-Pierre Berlan, Roland Desbordes, François Dufour, Yann Fiévet, Thierry Folliard, Véronique Gallais, Wenonah Hauter, Christian Jacquiau, Guy Kastler, Paul Lannoye, Lylian Le Goff, Catherine Le Rohellec, Olivier Louchard, Gilles Maréchal, Yveline Nicolas, Christian Rémésy, Aurélie Trouvé, François Veillerette.

Plus d'informations : Ici

mardi 2 décembre 2008

Réveillon à Oloron : Soupe Solidaire à la crêperie Grain de Sel le 31 Décembre


Amies, amis, oignons, poireaux, carottes, navets, patates,
soyez les bienvenus dans la marmite solidaire du 31 décembre 2008, par ce que cette fête de tout temps est d'un ridicule absolu que tous les ans nous remettons ça
Alors, pour une fois c'est une soupe solidaire un vin chaud solidaire de la musique solidaire avec qui, avec eux, avec tous, nous finirons l'année ensemble.
JB

lundi 1 décembre 2008

Bien comprendre l'origine de la crise en 7 minutes seulement

Cela fait des semaines que l'on nous parle de la crise sans jamais parvenir à en expliquer les causes profondes.
Voilà qui est fait. C'est Pierre Larrouturou qui s'y colle.


La vie d'un jeune cadre 3D à Oloron

Petit film, qui se veut pédagogique, pour vous raconter ce que pourrait être la vie d’un jeune cadre grâce à l’Internet 3D (c’est à dire grâce à un Univers Virtuel qui pourrait être Second Life ou Open Sim).



Plus d'infos sur le site de Stonefield in world

Alain Rousset répond à Jean Lassalle

Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine, répond à un courrier de Jean Lassalle, député des Pyrénées-Atlantiques.

L'intégralité de la lettre sera postée dans les commentaires.

"Monsieur le Député-Maire,

J'ai hésité à répondre à votre courrier en date du 18 octobre tant vous êtes coutumier de ce genre de lettre ouverte où la polémique le dispute à la désinformation. Et vous venez récemment d'ajouter l'insulte.

Mais devant la réaction de nombreuses personnes (élus de toutes sensibilités, responsables professionnels, associatifs...) indignées par la façon dont vous traitez, à travers moi, l'institution régionale, j'ai tenu à répondre à vos assertions.

Dans l'exercice de mes responsabilités régionales (comme dans l'ensemble de mes responsabilités publiques), j'ai toujours privilégié l'action à la gesticulation, la construction à la plainte. De même, j'ai toujours tenu à assumer pleinement les charges que l'on m'avait confiées, sans jamais baisser les bras et sans rechercher à me défausser sur quiconque.

En pointant, un par un, les dossiers problématiques du Haut-Béarn et en désignant la Région comme la cause de tous vos maux, vous établissez, d'une certaine façon, le constat de votre impuissance et de votre absence d'anticipation.

Vous appartenez, depuis des années, à la majorité du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques, vous avez assumé régulièrement des responsabilités exécutives. Vous épauliez la majorité gouvernementale en tant que député, entre 2002 et 2007...

Pour l'ensemble des questions évoquées dans votre courrier, vous avez manifestement eu recours à la caricature, à l'approximation et aux contres-vérités et vous cherchez à chaque fois des boucs émissaires à votre impuissance. Pour ma part, je livrerai des éléments de réponse basés sur la rigueur et l'exactitude des faits.
(...)

Mélenchon: "Pour une Gauche de gauche, Républicaine, laïque intransigeante, unitaire et gouvernementale"

Deux jours avant le 29 Novembre, date du premier grand meeting de lancement à l'Ile Saint Denis du Parti de Gauche devant plus de 3000 personnes, Jean-Luc Mélenchon était l'invité de l'émission Pluriel sur Radio Orient.


samedi 29 novembre 2008

Recupe.net...

Donner au lieu de jeter - Récupération gratuite et Dons sur Internet
Décroissance, développement durable et consommation raisonnée
De nombreux vieux objets, équipements, ustensiles cassés, usagés ou inutilisés finissent à la poubelle, malgré l'intérêt qu'ils pourraient représenter pour quelqu'un, faute de savoir à qui les donner.
Le site RECUPE est un site de dons, de récupération, de brocante gratuite où chacun peut proposer et donner sur internet, plutôt que jeter ce dont il veut se débarrasser...

www.recupe.net

lundi 10 novembre 2008

"Nos enfants nous accuseront" au luxor !

«Dans un petit village français au pied des Cévennes, le maire a décidé de faire face et de réagir en faisant passer la cantine scolaire en bio. Ici comme ailleurs, la population est confrontée aux angoisses contre la pollution industrielle, aux dangers de la pollution agro chimique. Ici commence un combat contre une logique qui pourrait devenir irréversible, un combat pour que demain nos enfants ne nous accusent pas. »



Rendez vous au cinéma le luxor à Oloron :
Mercredi 12 Novembre à 21h
Jeudi 13 Novembre à 21h
Lundi 17 Novembre à 21h
Mardi 18 Novembre à 21h

samedi 8 novembre 2008

Rencontre de la décroissance, jeudi 13 novembre, Désobéissance civile, nouvelle forme de lutte.

Après la rencontre d'octobre "Comment agir ?", nous vous proposons ce mois de novembre de débattre sur :

Désobéissance civile, nouvelle forme de lutte
Avec Xavier Renou du collectif Les Désobéissants,
jeudi 13 à 20H30, à Oloron, au centre d'animation, rue de Sègues (rond point de la JAO).
Renseignements : 05 59 39 25 47

Pour ceux qui le souhaitent, Xavier animera un stage samedi 15 et dimanche 16
Formation à l'action non violente
Renseignements : 05 59 05 54 83 et le site des désobéissants : Ici

jeudi 6 novembre 2008

Des p'tites cures de vérité

Véritable balise Argos de la gauche, Régis Debray nous livrait il y a peu une salve d'analyses prophétiques qui prennent sans doute aujourd'hui une saveur toute particulière.

mardi 21 octobre 2008

Répétitions d'automne à Radio Oloron : ce soir

QU'ON SE LE DISE !!! REPETITION D'AUTOMNE

Radio Oloron accueille l'association sensible et les Voix du Monde animées par Sophie Sérougne pour une répétition publique

ce mardi 21 Octobre à 20h30 au Cabaret.

Venez les rejoindre et soutenir les chanteurs dans l'épreuve de l'enregistrement!!!

Ils interprèteront des chants hébreux, bulgares, africains, béarnais, basques, des gospels... et fêterons l'automne avec des chataignes et le bourret !!

Ils vous attendent à partir de 20h30 au cabaret de la radio, Rue Dalmais...

Durée approximative : 1h30 - entrée gratuite

mardi 14 octobre 2008

Artich'o : une première réussie !


Une salle comble, un public comblé, une équipe Artich'O au rendez vous et deux groupes à la hauteur de cette première soirée métisse, belle et rebelle...
Bientôt la vidéo de cette soirée réalisée par Mister Pasqui, le Mr Vidéo du Centre Social...

Retrouvez l'actualité d'Articho sur leur site internet : Ici

mercredi 8 octobre 2008

RDV à la Petite Librairie avec Astobelarra...


Littérature d’ici et d’ailleurs en fête
Sam 11 Oct de 15h à 19h à la Petite Librairie à Oloron
Carte blanche aux éditions associatives Astobelarra


Apéritif littéraire avec rencontres d’auteurs : Etienne H.Boyer et Laurent Caudine
Présentation du nouveau livre de l'édition-association Astobelarra / Le Grand Chardon : "PAROLES DU CHEF SEATTLE"

Librairie La Petite Librairie
17, rue de la cathédrale
64400 OLORON SAINTE MARIE
Tel : 05 59 39 40 30

Plus d'infos sur l'association Astobelarra : Ici

mardi 7 octobre 2008

L'Artich'o débarque à Oloron !



Ecoutez ci dessous Le Mag du 4 Oct sur Radio Oloron.
NB : 1ère partie de l'émission avec Christian LATAILLADE président de Trait d’Union et membre du Conseil Départemental Des Associations Laiques nous présente la conférence débat sur "la laicité en danger" . En 2nde partie, Nicolas Loustalot et Emmanuelle Gaston présente le collectif ARTICH’O et la soirée-concert du 10 octobre au centre social la HAUT .


Retrouvez l'Artich'O : Ici

lundi 6 octobre 2008

Rencontre Gédéol le 9 Octobre...

Les RENCONTRES de la DECROISSANCE
jeudi 9 octobre : COMMENT AGIR ?


de 20H30 à 22H30 à Oloron, au Centre d'animations (ancienne MJC, 6 bis rue de Sègues)

Ouvert à tous, entrée gratuite

renseignements 05 59 39 25 47 - gedeol@solune.com

lundi 29 septembre 2008

J'accepte...ou pas...

Peu importe nos croyances ou nos idées politiques, le système mis en place dans notre monde libre repose sur l’approbation tacite d’une sorte de contrat passé avec chacun d’entre nous, dont voici dans les grandes lignes le contenu :

1) J’accepte la compétition comme base de notre système, même si j’ai conscience que ce fonctionnement engendre frustration et colère pour l’immense majorité des perdants.

2) J’accepte d’être humilié ou exploité à condition qu’on me permette à mon tour d’humilier ou d’exploiter quelqu’un occupant une place inférieure dans la pyramide sociale.

3) J’accepte l’exclusion sociale des marginaux, des inadaptés et des faibles car je considère que la prise en charge de la société a ses limites.

4) J’accepte de rémunérer les banques pour qu’elles investissent mes salaires à leur convenance, et qu’elles ne me reversent aucun dividende de leurs gigantesques profits (qui serviront a dévaliser les pays pauvres, ce que j’accepte implicitement). J’accepte aussi qu’elle prélèvent une forte commission pour me prêter de l’argent qui n’est autre que celui des autres clients.

5) J’accepte que l’on congèle et que l’on jette des tonnes de nourriture pour ne pas que les cours s’écroulent, plutôt que de les offrir aux nécessiteux et permettre à quelques centaines de milliers de personnes de ne pas mourir de faim chaque année.

Lire la suite

vendredi 26 septembre 2008

Annulation et report du spectacle las Entrañas...

Pour des raisons indépendantes de sa volonté, le collectif FMR informe que le spectacle Las Entrañas qui devait se jouer à la chapelle, Samedi 27 Septembre à 21h sera annulé et reporté à une date qui vous sera communiqué prochainement...

"Mais il y a pire que l'imprévu, ce sont les certitudes !"
Daniel Pennac - Extrait de La petite marchande de prose

Fête du bois, Lucq de Béarn, Sam 27 sept...


et aussi le 26 septembre, dans le cadre de la Fête du Bois
le Théâtre Trouilh Populaire présente :

"mes amis, mes amours, mes emmerdes"
21h, halle de la mairie de Lucq de Béarn - gratuit
renseignements/réservations au 05 59 34 36 92

jeudi 25 septembre 2008

Samedi, las Entrañas en avant 1ère à la chapelle

Samedi 27 Septembre à 21h à la chapelle (rue adoue) à Oloron, le collectif FMR présente en avant première à Oloron, « Las Entrañas », proposition originale mêlant musique (guitares, didgéridoo, électro, percussions), danse, poésie, vidéo et performance-peinture… Le tout sous le feu des projecteurs de Mathias...

Un an que le collectif prépare ce spectacle, dévoilant quelques aperçus épars le long des Camin'arts (Jazz à Oloron, chateau Bazerque à Précilhon, Festival des cultures alternatives à Montardon, les Hestivades de Billère, Anti-Mites...), prenant soin toujours d'inviter le spect'acteur dans un voyage des sens...

En première partie Alain Larribet Percusoliste d'ici et d'ailleurs, souffleur de sons et de free-sons, et Bruno Viougeas (slammeur subtillement enflammé)vous réserve une surprise en forme de pépite sonore...

Entrée 5€
Plus d’infos au 06-88-59-86-91

“Las Entrañas” vous fait entrer à l'intérieur de l'intime : froissement de l’esprit, frôlement du corps, des sons, de l'espace.
Tout réside dans l'infime, le presque vide et pourtant si rempli de tout…
Vide de connaissance et plein de l'instant, de l'instinct…
Un être... elle, parcourant un espace temps inconnu et nous plonge dans un monde onirique.
Elle, fait communiquer les mondes entre eux, vole et virevolte dans un univers où les minutes s’étirent à souhait...
Elle, ou la naissance de… la terre-mère, les sens et sensations, l'originel, la matière, l'organique, les racines de… ce qui vit en nous...

lundi 22 septembre 2008

Liberté d'association au pays basque ? Quel sort pour la « Chambre d'Agriculture associative du Pays Basque »

Euskal Herriko Laborantza Ganbara (= « Chambre d'Agriculture du Pays Basque » en langue basque) est une association loi 1901 qui a pour objet le développement d'une agriculture paysanne et durable en Pays Basque. Elle compte aujourd'hui 10 salariés et est forte du soutien de 1200 membres-donateurs.

Euskal Herriko Laborantza Ganbara, qu'est ce que c'est ?

Les paysans basques membres de la Confédération Paysanne, majoritaires en Pays Basque mais minoritaires dans le département -particulièrement bicéphale et artificiel- des Pyrénées-Atlantiques demandaient en effet depuis 10 ans une chambre d'agriculture spécifique du Pays Basque pour mener une politique favorable aux petites exploitations (majoritaires en Pays Basque) et promouvoir une agriculture paysanne et écologiquement responsable.

La Chambre d'Agriculture officielle des Pyrénées-Atlantiques est en effet tenue par le lobby FNSEA-grands maïsculteurs, favorable à une agriculture industrielle, favorisant la concentration en grandes exploitations, l'irrigation intensive, l'usage toujours plus poussé des pesticides et ayant lancé le projet aberrant d'une usine de bio-éthanol fabriqué à base de maïs à Lacq.

Malgré le caractère largement majoritaire de cette demande (appuyée par 110 maires -toutes tendances confondues- sur les 159 que compte le Pays Basque) et 10 ans de mobilisation ininterrompue, le gouvernement va camper sur un refus intransigeant.

En janvier 2004, la branche locale de la Confédération Paysanne (qui s'appelle ici ELB) avertit le gouvernement que s'il ne créée pas cette Chambre d'Agriculture du Pays Basque d'ici un an, c'est elle qui le fera. ELB mobilise alors l'ensemble de la société civile du Pays Basque et le pari est tenu : Euskal Herriko Laborantza Ganbara (EHLG) est créée le 15 janvier 2005, installée dans des locaux situés dans le petit village d'Ainhice-Mongelos (64 220).

L'association se met à travailler et à faire ce qu'aurait dû faire la Chambre d'Agriculture du Pays Basque si le gouvernement l'avait créée : développement de systèmes autonomes et économes, développement de circuits courts de commercialisation, promotion de pratiques culturales moins consommatrices en engrais et en pesticides, politique visant à favoriser la transmission des fermes à des jeunes (et non leur concentration progressive), organisation d'un salon annuel de l'agriculture paysanne et durable intitulé Lurrama-La Ferme Pays Basque (30 000 visiteurs en 2006 dans une édition parrainée par Edgar Pisani, 36 000 visiteurs en 2007 dans une édition parrainée par Jacques Testart, édition 2008 les 31 octobre, 1er et 2 novembre)

Le succès est impressionnant. Paysans et population locale adhèrent massivement à la démarche.

L'Etat veut interdire l'association !

Mais l'Etat ne l'entend pas de cette oreille. Pour lui, cette association fait de l'ombre à la Chambre d'Agriculture officielle et au projet planifié pour l'agriculture en Pays Basque, à savoir réduire et concentrer considérablement le nombre d'exploitations (« Il faut choisir entre être nombreux ou heureux » dixit un Président de la Chambre d'Agriculture officielle). De plus, cette revendication d'une Chambre spécifique au Pays Basque est vécue comme une grave atteinte au centralisme jacobin. Pourtant, EHLG est composée de gens de toutes tendances politiques : des militants basques mais également des socialistes, des Verts, des centristes etc... Et ceux et celles qui animent EHLG ont un point commun fondamental : ils sont absolument non-violents et farouchement opposés à toute forme d'action violente ou clandestine, ce qui en Pays Basque n'est pas toujours un choix facile à défendre et à assumer.

Malgré tout cela, ce jeudi 18 septembre à Bayonne, à la suite d'une plainte officielle du Préfet, l'association et son Président, Michel Berhocoirigoin seront traînés devant le tribunal correctionnel : au delà de la peine risquée (un an de prison ferme et 15 000 euros d'amende), c'est carrément l'interdiction et la dissolution de l'association qui sont en jeu.

Un précédent gravissime :

La plainte du préfet et la citation à comparaître délivrée par le Procureur de Bayonne arguent du fait que le nom (c'est-à-dire la traduction en français d'Euskal Herriko Laborantza Ganbara) et les missions d'EHLG « sont de nature à créer dans l'esprit du public une confusion avec l'exercice d'une fonction publique ou d'une activité réservée aux officiers publics ou ministériels, et en l'espèce une confusion avec la chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques ».

L'affaire est gravissime : il s'agit en effet d'un grave précédent où l'Etat français demande l'interdiction d'une association absolument non-violente, démocratique et transparente, qui n' a commis aucun délit. On ne reproche à cette association aucun acte délictueux, juste son objet et son existence même.

En outre, il nous semble aberrant -en ces temps de crise majeure aux niveaux écologique, agricole, social- de tenter de faire disparaître une association unanimement appréciée pour son travail remarquable et novateur en faveur d'une agriculture paysanne, écologiquement responsable, socialement équitable.
EHLB

samedi 20 septembre 2008

Nous sommes ce que nous semons...

Les gens des villes et des champs refusent
LES MANIPULATIONS ET LE FICHAGE GENETIQUE DU VIVANT
ils défendent
LES DROITS DES PAYSANS ET JARDINIERS DE CONSERVER, UTILISER, ELEVER, ECHANGER ET VENDRE LEURS SEMENCES ET LEURS ANIMAUX


Un sommet international du gène est annoncé à Paris le 28 octobre 2008. Ses visées : mettre en lumière, dans le cadre de la présidence française de l’Europe, les apports de l'innovation génétique à la biodiversité et au développement durable et réfléchir aux lignes directrices d'évaluation des risques sanitaires et environnementaux liés aux OGM.

Au programme : des ogm dans les assiettes ?
Ce renforcement salutaire de l’évaluation pour les cultures ne cache-t-il pas les projets de la Commission Européenne d’accélérer les importations des OGM et de supprimer le droit des Etats de s’y opposer, et ceux de l’industrie de s’approprier la biodiversité au détriment des droits des paysans et des peuples ?

Terminator bis
Sous prétexte de biosécurité (empêcher les contaminations de l’environnement), le programme de recherche Transcontainer financé par l’Union Européenne met au point de nouveaux OGM rendus clandestins par des gènes « suicides » qui disparaîtront de la plante avant qu’elle ne soit vendue aux consommateurs, ou des plantes « zombies » qui sont stériles si elles ne sont pas arrosées par des produits chimiques brevetés.

et les « OGM » clandestins...
Alors que le brevet sur les variétés impose de rendre publique l’information sur les méthodes de sélection utilisées, le Certificat d’Obtention Végétal autorise à garder secrètes les techniques de modification génétique autres que la trangénèse. Des plantes manipulées aux conséquences tout aussi hasardeuses que les OGM sont ainsi vendues aux consommateurs qui n’en veulent pas. Par exemple, mutations génétiques provoquées par radioactivité nucléaire, fusions de cellules d’espèces différentes, nanoparticules…

sans oublier des SEMENCES CONTAMINEES !
L’industrie semencière fait de multiples pressions pour imposer un seuil de contamination des semences. Or, en cas de culture massive d’OGM, toute contamination des semences ne peut qu’augmenter au fur et à mesure des saisons de culture. Accepter la moindre contamination des semences, c’est accepter l’augmentation continue et irréversible de la contamination dans nos champs et de nos aliments.

Au final, un BIOPIRATAGE LEGALISE...
Le Certificat d'Obtention Végétal (COV) permet de protéger le secret sur l'origine des plantes qu’il protège. Ainsi, les variétés paysannes interdites par le catalogue peuvent être « biopiratées » par l'industrie qui peut prendre n'importe quelle graine dans un champ, déposer un COV dessus et s'approprier ainsi un bien commun. Des connaissances traditionnelles sur les vertus thérapeutiques et nutritionnelles des plantes sauvages sont déjà « biopiratées » grâce au brevet sur le gène et sa fonction.

... grâce au FICHAGE GENETIQUE GENERALISE DU VIVANT !
Alors que les promesses des thérapies géniques n’ont pas été tenues, l’apport essentiel de la génétique interventionnelle chez l’homme est la généralisation du fichage génétique qui renforce le contrôle des populations par les gouvernements. Au niveau de la biodiversité, les OGM sont un échec agronomique patent. Mais la génétique a apporté, avec les marqueurs moléculaires, l'outil technique qui manquait à l’industrie pour généraliser le fichage génétique des plantes et des animaux et retrouver dans les champs et les fermes les gènes marqués de ses brevets ou COV : elle marque ainsi sa propriété pour supprimer les droits collectifs des paysans sur leurs propres semences et sur les animaux nés dans les fermes.

NOUS APPELONS LES GENS DES VILLES ET DES CHAMPS A SE RASSEMBLER LE 27 OCTOBRE A PARIS ET LE 28 OCTOBRE AU SOMMET DU GENE POUR :
DIRE NON :


–au programme Transcontainer,
–à la contamination des semences,
–au fichage génétique des hommes, des animaux et des plantes,
–à la légalisation du biopiratage, des « ogm » clandestins et de la privatisation des plantes génétiquement fichées par le Certificat d'Obtention Végétal,
–aux brevets et à tous les droits privés de propriété intellectuelle sur le vivant

DEFENDRE LES DROITS COLLECTIFS DES PAYSANS, DES JARDINIERS ET DES COMMUNAUTES :
-de conserver, ressemer, échanger et vendre les semences reproduites à la ferme,
-de protéger les variétés paysannes contre le biopiratage et les contaminations par des gènes brevetés
-de protéger leurs connaissances traditionnelles contre le biopiratage

REAFFIRMER ENSEMBLE :
–que les semences et les animaux sont un bien commun inaliénable des communautés paysannes qui les ont sélectionnés, cultivés et élevés
–que les savoir faire populaires sont un bien inaliénable des communautés qui les ont élaborés, conservés et transmis

NOUS SOMMES CE QUE NOUS SEMONS, SEMEURS VOLONTAIRES DE BIODIVERSITE
Nous appelons à soutenir et à organiser en France, en Europe et dans toutes les parties du monde la conservation, le semis, les échanges, la diffusion et la protection contre le biopiratage et les contaminations génétiques des semences paysannes, de la biodiversité animale et des savoirs-faire traditionnels interdits par les droits de propriété intellectuelle.

Premiers signataires : Réseau Semences Paysannes, Confédération Paysanne, Amis de la Terre, Faucheurs volontaires, Nature & Progrès, Fondation Sciences Citoyennes, Biocoop, FNAB, SAN - Seeds Action Network, l’association pour le Droit à la Souveraineté Alimentaire, Ecological Society of the Philippines, Institut pour des alternatives écologiques et sociales, Réseaux citoyens de Saint-Etienne

Ce texte est un premier appel pour préparer une mobilisation. Il pourra évoluer pour devenir un appel définitif aux diverses actions, puis une déclaration à l’intention des autorités et du public. Les personnes et organisations de France et de tous les pays qui souhaitent signer cet appel, et/ou s’associer à ces évènement et à leur préparation sont priées de prendre contact : 06 66 67 53 84 et semonslabiodiversite@gmail.com

vendredi 19 septembre 2008

Conférence Gédéol : Decrescendo cantabile...


Gédéol (groupe pour la décroissance à Oloron) vous invite à une conférence de Jean-Claude Besson-Girard, "Decrescendo Cantabile", vendredi 19 septembre, 20h, à Oloron, salle Louis Barthou (mairie d'Oloron).

En envisageant la crise écologique et sociale d'un point de vue artistique et esthétique, cet artiste-peintre, écrivain nous proposera une vision originale de la notion de décroissance, et nous expliquera pourquoi elle est choquante pour l'imaginaire occidental, fondé sur le mythe du progrès.

Le lendemain, samedi matin, nous poursuivrons les échanges avec J.C Besson-Girard par des ateliers-discussion, à Féas.

Rens. debats@solune.com - 05 59 39 25 47

mercredi 17 septembre 2008

Ouverture de la saison Culturelle

La saison culturelle débutera officiellement le samedi 20 septembre à l’occasion d’une journée de lancement, haute en couleurs...
Cette saison culturelle sera également marquée par quelques temps forts, comme la venue attendue depuis 7 ans de Laurent Terzieff, un temps fort en novembre avec le festival « Au fil de la Marionnette » et le danseur de Jota Miguel Angel.


Rendez-vous les vendredi 19 et samedi 20 septembre, sur le parvis de l’espace Jéliote pour découvrir la programmation de cette saison 2008-2009, avec au programme :

-Vendredi 19 : à 18h30, « Le Chantier » (1ère séquence – 1h), spectacle en 4 séquences sur 2 jours présenté par Pierre Pilate et la compagnie 1 Watt. A 19h30, apéro sponsorisé par BatiMURMUR.

-Samedi 20 : 12h, « Les Voisins » (2e séquence – 30 mn).

-A 12h30, apéro sponsorisé par BatiMURMUR. A 14h30, « La Frontière » (3e séquence – 30 mn) et à 17h15, « La Fuite » (4e séquence – 30 mn).

-A 12h, 15h15, 16h45 et 17h45, François Blanc (peintre du dimanche, il exécute avec maestria les portraits des passants mais pas seulement…) et Manuel, laveur de mains.

-A 15h45, les Pluvieux (Ils nous étonnent à être là parmi nous. Ils déambulent en silence, avec la discrétion de leur 3m de hauteur. Six grands vieux, tendres et curieux…).

-A 15h45, Les Marteaux (15mn), 16h45, Une partie de mains en l’air (12mn) et 17h50, Au Débotté – 10mn (en 3 séquences, ces artistes vous feront entrer dans des univers déjantés où des mains expertes manipulent tout azimut : objets, corps, sens, propos…).

-A 18h30, Les Cauchemars de Toni Travolta (méli-mélo mythologico-musical où le spectateur devra trouver son chemin : le père se prend pour John Travolta, la mère pour Lisa Minelli. Une histoire pas si tranquille de gens simples fascinés par les vedettes d’Hollywood vue à travers les rêves et la vie quotidienne du père).

-A 21h, Menus larcins, place des Cordeliers (En clôture des Journées du Patrimoine et pour terminer en beauté cette fête des arts de la rue, la jeune compagnie Délit de façade investit le quartier Sainte-Croix avec sa dernière création).

Tarifs et informations pratiques auprès du service Spectacle vivant, espace Jéliote – rue de la Poste. 64400 Oloron Sainte-Marie. Tél. : 05.59.39.98.68. Courriel : culture@piemont-oloronais.fr

mardi 16 septembre 2008

Cool'heure Béton 2008...


L'Association des Skateurs Oloronais vous informe qu'elle organise pour la troisième année consécutive l'évènement Cool'Heure Béton! sur le skatepark d'Oloron, le Samedi 20 Septembre.

Au programme :
- 10h30 - 12h30 : initiation au graffiti avec "Yellow", graffeur expérimenté (7 places maximum)
- 14h00 - 20h00 : "jam" de graffiti = démo/performance. 17 graffeurs, invités par l'A.S.O, vont composer une fresque (de 80 mètres!) sur le mur longeant le skatepark, sur un thème commun, et cela en même temps que le contest de skate. Certains ont une notoriété nationale dans le milieu du Graffiti. Ils viennent de Pau, Tarbes, Toulouse, Montpellier, Perpigan, LaRochelle, Paris, Lille...
- 15h00 - 19h00 : "contest" de skateboard = les skateurs doivent donner le meilleur d'eux-mêmes en expoitant les modules au mieux pendant un temps donné. 2 catégories, +16 ans et -16 ans, (et -16 ans s'il y a des trés jeunes. 5 euros l'inscription. 500 euros de prize-money (=primes) + lots.
- 21h30 - 02h00 : soirée "hip-hop/soul/funk avec 2 DJ = Skillz et Madgic de Bayonne/Biarritz. Madgic a fini troisième aux championnat de France de DJ DMC en 2007, Skillz était en demi-finale!!
Concert/démonstration de "platines". Gratuit.
Buvette et sandwichs sur place.

Pour tout renseignement : 05 59 39 05 13 ou fabokk@wanadoo.fr

lundi 15 septembre 2008

Sébastien Tillous et Nicolas Loustalot aux Nuits nomades de Buzy...



Sébatien Tillous et Nicolas Loustalot du collectif Lab'oratoire lors de la soirée "Alain Larribet and co..." dans le cadre magique des Nuits nomades du camping de Buzy...

dimanche 14 septembre 2008

OGM : l'arme de la faim...


Sortie du livre le 15 Septembre
Préface :
"Avec William Engdahl, il ne s’agit pas de théorie du complot, ni de paranoïa anti-américaine, mais de l’éclairage méthodique et argumenté de choix politiques parfois anciens, fondés sur une conception du monde qui nie le vivre ensemble, tout en prévoyant les affrontements qui peuvent en résulter. Face aux conséquences humaines et sociales désastreuses de ces choix, nos sociétés civiles ont besoin de comprendre les logiques de ces projets qui les dépouillent de leur patrimoine. Nous ignorons, trop souvent, le rôle récurrent de certaines fondations privées américaines richissimes, ces fameux lobbies qui, intervenant au milieu des affrontements politiques et économiques, pilotent ou favorisent, à leur gré, des groupes de pression sociopolitiques et économiques. Dans cet ouvrage, William Engdahl nous fournit une brillante perspective historique de ces logiques, qui tendent à dominer nos existences. Au fil de la lecture, ceux qui, en France et en Europe, se sont opposés depuis les années 1995 à la mainmise de ces lobbies sur le vivant et l’alimentation par le biais des OGM, se sentiront confortés dans leur démarche : des premières dénonciations aux actions de désobéissance civique, les choix de leur forme d’action s’en trouvent légitimés."
José Bové

Lire des extraits

vendredi 12 septembre 2008

Le collectif FMR présente Las Entrañas...



Le collectif FMR remercie l'association "Acropole" de l'accueillir pour la deuxième fois en résidence à la salle delacaze de Billère. Cette résidence du 13 Septembre donnera d'ailleurs lieu le soir même à une présentation du travail en cours autour de "las Entrañas"...

L’association à but non lucratif « Acropole » a pour objet de « créer des échanges culturels autour des arts de la scène en coordonnant des événements au plan local et international ». Dans ce cadre, l’association « Acropole » favorise l’émergence de groupes amateurs en voie de professionnalisation en proposant une assistance administrative, technique et organisationnelle dans la production de spectacles vivants. C'est cette mission que l'acropole a mis au service du collectif FMR et qui a permis l'émergence de la création "Las Entrañas".

Plus d'informations sur le collectif FMR : Ici

jeudi 11 septembre 2008

Décolorons l'air du temps...

Douaniers cent frontières, cent résistances
Texte de Xian de Sète

Halte. Stop. Haut les mains. Bas les pattes. Barrière. Caméra. Vos papiers. Passeport. Visa. Quotas. Vaccination. Charter. Carte verte. Permis de conduire. Arrêtez le moteur. Descendez. Videz vos poches. Ouvrez la malle. Fermez vos gueules. Test à des haines.
Qu’avez-vous à déclarer. Vous n’avez pas le droit de. Vous devez. Traité. Constitution. Directive. Loi. Règlement. Décret. Arrêté. Circulaire. Taxe. Licence. Autorisation. Déclaration. Inventaire. Listing. Facture. Récépissé.
Interdit d’uriner. Taisez-vous. Nul n’est censé ignorer la loi. Vous n’avez rien à déclarer. Vous savez bien que. Vous n’avez le droit qu’à. Simple tolérance. Je ferme les yeux. Pour cette fois. Remplissez. Signez. Payez. N’y revenez pas. Je vous ai à l’œil. Circulez. Y a rien à voir.
Sens interdit. Passage obligatoire. Roulez lentement. Silence hôpital. Interdiction de photographier. Passage interdit. Sauf riverains. Réservé au personnel autorisé. Exit. Interdit aux animaux et au colored people. No trespassing. Sauf personne muni d’un pass. Composez le code. Code erroné. Carte avalée. Présentez-vous au guichet. Derrière la ligne verte. Attendez votre tour. Prenez un ticket.
Péage. Préparez la monnaie. Ne rend pas la monnaie. Excédent de poids. Un seul bagage à main. Enfants et chiens tenus en laisse. A l’appel de votre numéro. Suivez la file d’attente.
Déshabillez-vous. Douche obligatoire. Les femmes et les enfants d’abord. Arbeit macht frei. Passez sous le portique. Réservation obligatoire. Ne pas toucher. Barbelés. Hommes. Femmes. Classé X. Interdit aux mineurs. Panier obligatoire. Ouvrez votre sac. Suivez la flèche. Ouvrez. Fermez. Entrez. Sortez. Debout.
A genoux. Priez. Assis. Couché. Silence. Ouvrez la bouche. Non-fumeur. Vos gueules les mouettes. Passe ton bac. Self-service. Prenez un plateau. Ramenez le plateau. Poubelles. Cendrier. Vide-poches. Ne pas se pencher. Poussez. Tirer. Monter. Descendre.
Carte d’abonné. Ticket. Compostez. Retournez le billet. Introduire rapidement. Validez. Confirmez. Annulez. Adresse inexacte. Code non valide. Dernière tentative. Laissez votre adresse. On vous écrira. Formulaire. Sous-seing privé. Promesse de. Acompte. Arrhes. Avance. Caution. Gage. Hypothèque. Traite. Loyer. Ordonnance. Carte bleue. Verte. Vitale. Crédit. Revolving. Agios. Adresse. Téléphone.
Imèle. Pseudo. Mot de passe. Numéro sécu. Clés. Cadenas. Bip. Zap. Portable. Télécommande. Empreinte. Photo. Groupe sanguin. Vaccination. Rappel. Check up. Habeas corpus. Bilan.
Assurance. Abonnement. Carte fidélité. Réduction. Promotion. Ristourne. Bonus. Points. Tirage. Cadeau. Ne pas jeter. Ne pas cracher. Pelouse interdite. Permis de chasse. Vignette.
Cotisation non déductible. Taxe foncière. Impôts locaux. Taxe sur la valeur ajoutée. Impôt sur le revenu des personnes physiques. Taxe flottante sur les produits pétroliers. Nemo auditur propriam turpitudinem allegans. Priorité. Liste d’attente. Souriez vous êtes filmés. Les murs ont des oreilles. Les oreilles ont des murs. No man’s land. Fin de partie. Tilt

mardi 9 septembre 2008

Conférence de Dalla rosa et Slow Food Bearn



Les Douze gestes Slow Food pour :
- prendre plus de plaisir à manger ;
- favoriser des producteurs, artisans et commerçants respectueux du goût, de la nature et du consommateur ;
- soutenir des politiques alimentaires durables.

1. Faites-vous plaisir !
Manger, c’est trois fois par jour l’occasion de vous faire plaisir et de vous relier au monde. Accordez de l’importance à ce que vous mangez, au moment où vous mangez, au cadre dans lequel vous mangez. Prenez le temps de déguster, soyez à l’écoute de vos sensations : c’est le meilleur moyen de manger correctement. Suivez des cours de dégustation et des ateliers du goût pour former votre goût. Le plaisir du goût n’est pas réservé aux jours de fête ni aux nourritures rares. Les mets les plus simples et bon marché peuvent être source de plaisir.

2. Fêtez les saisons à table !

A chaque saison revient le plaisir de retrouver des saveurs éloignées depuis un an.
Au printemps, ce sont les légumes primeurs, les asperges, les fraises, les pommes de terre nouvelles et l’ail jeune… L’été apporte fruits et légumes en abondance.
Avec l’automne arrivent les pommes, les poires, les poireaux, les potirons, etc.
L’hiver est la saison des carottes, navets, choux, et de fruits et légumes d’été soigneusement conservés… En mangeant local, vous êtes sûr de ne pas consommer la même chose toute l’année !

3. Pensez mondial, mangez local !
Préférez la production d’agriculteurs ou d’éleveurs proches de chez vous : cela renforce l’économie locale et contribue à resserrer les liens entre les habitants d’un même territoire. Quand vous achetez des produits locaux, c’est une plus grande part de votre dépense qui va au producteur lui-même. Cela favorise le maintien des paysages agricoles autour de vous. Manger local, c’est aussi moins de transport à grande distance, et donc une économie de carburants fossiles, moins d’émissions de CO2, moins d’encombrement et de pollution par les camions. La plupart des régions produisent une large gamme d’aliments, mais il y a aussi des produits spécifiques : pas question de vous passer d’huile d’olive si vous habitez la Normandie, ou de camembert si vous habitez la Provence !

4. Mangez quelque chose que vous cultivez...
… et cultivez quelque chose que vous mangez. C’est la façon la plus délicieuse de vous relier à la nature. Vous pouvez avoir l’ambition d’un vrai potager, ou faire simplement pousser des fines herbes en pot sur l’appui de la fenêtre, ou même faire germer des graines au bord de l’évier… Initiez les enfants et les jeunes autour de vous à ce lien concret entre la nature et l’alimentation. Encouragez les établissements d’enseignement et les collectivités locales à créer des jardins-écoles afin que les enfants puissent eux aussi manger ce qu’ils cultivent.

5. Rencontrez des agriculteurs, des éleveurs, des artisans et commerçants spécialisés.
Achetez en circuit court (vente directe, marchés paysans, boutiques de terroir, Amaps…), ou auprès d’artisans (boulangers, charcutiers, fromagers…) ou commerçants (cavistes, épiciers…) spécialisés et compétents. Demandez à visiter leurs exploitations, leurs fours, leurs laboratoires, leurs caves d’affinage…
Proposez ces visites à de petits groupes d’amis, à des enfants, à des enseignants. Vous apprendrez ainsi d’où vient votre nourriture, comment elle est cultivée, élevée, pétrie, cuite ou affinée suivant les cas. Vous construirez des relations fortes, vous comprendrez mieux ces gens auxquels vous achetez, et vous leur ferez plus confiance. Tous ont besoin de savoir que des consommateurs sont attentifs à la qualité globale : bon, propre et juste…
Suite des 12 Conseils...

lundi 8 septembre 2008

Manifestation pour la Maternité : Mercredi

Cliquer sur l'image pour l'aggrandir
Source La république de Pyrénées

samedi 6 septembre 2008

Des nouvelles de Jean Capdevielle...



Jour J : Grand départ en kayak de la plage Sainte-Croix pour Malte...

vendredi 5 septembre 2008

Communiqué de Gédéol sur le Rallye des cimes.

Pilotes et organisateurs, nous avons besoin de vous !

Les compétences et l'énergie que vous mettez à la merveilleuse réussite du Rallye des Cimes nous sont maintenant indispensables pour sauver la planète. Car nous n'arriverons pas à diviser par un "facteur 4" nos émissions de Gaz à effet de serre comme il est recommandé, si le sport automobile ne prend pas aussi la mesure du problème.

Le mode de vie occidental, que votre manifestation sportive représente de manière caricaturale, amène 20% des humains à consommer 86% des ressources naturelles mondiales !
Savez vous qu'un plein de 50 litres d'agrocarburant, que vous aimez évoquer pour défendre les sports mécaniques, représente en céréales la nourriture d'une personne pendant un an, alors que la famine progresse à nouveau dans le monde ?

L'heure est donc grave et votre manifestation se doit de devenir VRAIMENT exemplaire sur le plan environnemental et social. Nous vous proposons donc de passer au seul véhicule acceptable pour une activité de pur loisir : le VPH (véhicule à propulsion humaine) et pourquoi pas le VPA (on vous laisse deviner le A).
Par ailleurs, cela rendrait la participation à cette belle aventure écologique accessible à tous (une inscription à 1€ ?).

Quel meilleur exemple cela serait pour nos enfants qui font rugir leur scooter en tournant inlassablement dans les quartiers d'habitation !
Quelle belle incitation à respecter et comprendre la nature cela serait pour nous, promeneurs occasionnels des bois et des montagnes !

Pilotes et organisateurs, le Rallye des cimes peut devenir emblématique de notre volonté commune de protéger la planète de nos enfants. Il peut, il doit, s'arracher à la logique du XXème siècle, fondée sur le mythe du pétrole abondant et pas cher, pour porter le XXIème siècle et ses indispensables espoirs, faute de quoi, "nos enfants nous accuseront" (sortie du film dans les salles cet automne).

mercredi 3 septembre 2008

Poésie dans les chais à Jurançon...

L’évènement poétique de la rentrée se tiendra le 12 et le 13 septembre 2008 dans le Jurançonnais.

LA POESIE COMME LE VIN -
« Aujourd’hui les poètes lisent en public. Pour cela ils prennent le train, s’emparent d’un micro, lisent à voix haute, sollicitent des musiciens. Des improvisateurs, des lascars d’un type singulier, mi-virtuoses misourciers.
Des chercheurs de sons et de sens. Tout cela est un drôle de travail, et une réflexion sur la lecture publique, et sur les rapports de l’écrit à la parole. Faut il lire debout ? Assis ? En douceur ? En force ? Faut-il réfréner sa violence ? Faut il refuser de séduire ? Lire d’un bloc ? Ou au contraire varier les registres ? Et que faire de son corps ? Les mains ? Les yeux ? La poésie peut-elle se passer des corps ? Des hésitations ? Faut-il expliquer ? Ou surtout ne rien expliquer ? Saluer ? Fuir devant les applaudissements ? Revenir pour répondre aux questions ?Vendre quelques livres ? Et considérer tout cela au final comme une mise à l’épreuve du texte ? Ou plus simplement une mise à l’épreuve du poète ? Toutes ces questions, et bien d’autres encore, se posent à celui qui, sorti du silence de l’écriture, affronte le silence incertain, imprévisible, parfois tout relatif, parfois magnifique, d’un auditoire. » dit le poète Patrick Dubost.

La poésie est chez elle hors du livre. Partout, dans les vignes, sur la place du marché, chez le boulanger, le buraliste, à Jurançon, ailleurs. Tout cela est affaire de charpente, d’appétit, de bouche, de métier. Comme le vin. La poésie est chez elle partout où les gens se parlent. Ses lieux sont à bâtir. Toujours. On a besoin de bras. Venez. En septembre à Jurançon
Collectif Scène Ouverte

Voir le programme

Plus d’infos :
__________________________________________

Claire Lambert
05 59 72 25 87 – com.pci@agglo-pau.fr
Cédric LAPRUN
05 59 82 70 30 - cedric@vins-jurancon.fr

samedi 30 août 2008

Big Bang made in Suisse...

Quel est l'origine de l'univers ? De quoi est-il fait ? Que va-t-il devenir ?.

C'est d'une gigantesque machine enfouie à 100 mètres sous terre que pourraient sortir les réponses à ces fascinantes questions. Le 10 septembre, à Genève, le Cern (organisation européenne pour la recherche nucléaire) doit mettre en service le "Grand collisionneur hadronique" (LHC). L'expérience consiste à accélérer des paquets de protons et de les faire s'entrechoquer à des vitesses inégalées pour produire une énergie jamais atteinte à ce jour et les transformer en minuscules particules inconnues (voir détails plus bas). Si elle réussit, cela pourrait changer totalement notre vision du monde, d'après les plus grands spécialistes. Mais des détracteurs du projet ont une autre théorie. Un groupe de chercheurs a déposé une plainte contre le Cern auprès de la Cour européenne des droits de l'homme pour suspendre le démarrage du LHC. Ils estiment que l'expérience du 10 septembre (qui recréerait les conditions qui existaient juste après le big-bang) pourrait favoriser l'apparition de micro-trous noirs qui... aspireraient le monde en quelques minutes. Auparavant, une vaste campagne s'était lancée sur Internet pour demander l'abandon du projet. Apprenti sorcier ou génie révolutionnaire, jusqu'au 10 septembre, beaucoup de monde gardera le Cern sous les yeux.
►LAURENT MACABIES

En savoir plus...

Ce documentaire, qui a reçu plusieurs prix, résume très bien l'expérience que va effectuer le Cern dans 10 jours

vendredi 29 août 2008

Sébastien Tillous et Nicolas Loustalot à l'Anti-mites



Le collectif Lab'oratoire avec Sébastien Tillous et Nicolas Loustalot à l'anti-mites à Précilhon...

vendredi 22 août 2008

Concert à la salle Palas au profit d'Horizon

Samedi 23 Août à 20h30 à la Salle Palas à Oloron
Concert avec les Artodélires, the Simon's family et the yellow rabbits...

Entrée 5 euros

Soirée organisée au profit d'Horizon, association d'aide au développement d'un village Népalais

lundi 18 août 2008

Francis Cha et les Trufandes à l'Anti-Mites


Dans le cadre des mardis de l'insolite l'anti-Mites aura le plaisir d'accueillir LES TRUFANDèS, Mardi 19 Août à 19H.
trufandè : moqueur, railleur, farceur qui aime à se moquer ; ironique...


Entrée libre

un vin d'honneur clôturera la soirée
Vous pourrez aussi en profiter pour voir ou revoir les oeuvres exposées durant tout l'été autour du thème 'habits, habiter...'

jeudi 14 août 2008

Animations au skate-Park


ANIMATION le Vendredi 15 AOUT à partir de 17h00 au skatepark d'Oloron :
Compétition/session nocturne de "mini-rampe" organisée par l'Association des Skateurs Oloronais

- rampe éclairée jusqu'à 02h00
- buvette
- barbecue
- inscription compète = 5 euros (150 euros prize money pour le gagant + loterie pour les inscrits...)
- rampe rénovée et repeinte pour l'occasion
- sono

Venez boire un verre, skater, ou manger une saucisse!!

Faites passer l'info! Merci,
Fabien Reichert - Président de l'A.S.O

mardi 12 août 2008

Ce soir, le collectif FMR à l'Antimite...

Mardi 12 Aout à 19h dans le cadre des Mardi de l'Insolite,
L'anti-mites (Précilhon) présente :


'1620gr...', une proposition du collectif FMR.
1620gr ou l'histoire d'un accouchement syllabique d'une mise au monde dansée, d'un corps à l'autre, des traits qui se dessinent, d'images en imaginaire, des mots volent, défilent, et emportent le tout dans un intense face à face...

avec la participation dansée de Cynthia Chicorp, de David rojas (guitare classique), Sébastien le Piouffle (peintre) et de Nicolas Loustalot (déclameur)...

Entrée libre
un vin d'honneur clôturera la soirée
Vous pourrez aussi en profiter pour voir ou revoir les oeuvres exposées durant tout l'été autour du thème 'habits, habiter...'

Ici un peu de nous se (dé)livre, se délie, se délire, se dérive pour peut être tendre vers vous...

jeudi 7 août 2008

Jean capdevielle : Le voyage de lili



Ca y est, Jean Capdevielle est reparti pour un détour, telle une métaphore vivante, dans ce monde enchainé, il a choisi encore une fois, de nous faire partager son dé-chainement, sa libération, en connaissance de cause, il a choisi ses nouvelles chaines d'eau et de vent...

La mer, médite, erre, année après année...

Jean flottant sur le dos de l'âme-mer, pendant que des plans de barrages en Ossau le hantent, il tente encore une fois, avec son langage à lui de nous dire "regardez comme c'est beau"...

De carcassonne jusqu'à Malte, sa route est tracée, peu importe les conseils de Darrault (PDG du Kayak Postal), peu importe les dividendes des actionnerfs de la guerre, peu importe le seuil de rentabilité, les parts de marchés, Jean en vert et contre tous ceux qui pensent que "tout est jouet", continue sa marche marine, de port en port, de rive en rêve...

Pour suivre l'aventure de Jean, cliquer Ici

mardi 5 août 2008

Le Lab'oratoire à l'Antimite, ce soir à 19h


Mardi 5 Aout à 19h dans le cadre des Mardi de l'Insolite,
L'anti-mites (Précilhon) présente :


le collectif Lab'oratoire avec Sébastien Tillous au korg (synthé des années 70) et Jean luc Vertut au mot dit, clamé...

Entrée libre
un vin d'honneur clôturera la soirée

Vous en profiterez pour voir ou revoir les oeuvres exposées durant tout l'été autour du thème "habits, habiter"...

lundi 4 août 2008

Décolorons le capitalisme...la stratégie du choc


La stratégie du choc
La montée d'un capitalisme du désastre
Naomi Klein - éditions Actes Sud


Qu'y-a-t-il de commun entre le coup d'état de Pinochet au Chili en 1973, le massacre de la place Tiananmen en 1989, l'effondrement de l'Union soviétique, le naufrage de l'épopée Solidarnösc en Pologne, les difficultés rencontrées par Mandela dans l'Afrique du Sud post-apartheid, les attentats du 11 septembre, la guerre en Irak, le tsunami qui dévasta les côtes du Sri-Lanka en 2004, le cyclone Katrina, l'année suivante, la pratique de la torture partout et en tous lieux - Abou Ghraib ou Guantanamo, aujourd'hui ?
Tous ces moments de notre histoire récente, répond Naomi Klein, ont partie liée avec l'avènement d'un « capitalisme du désastre. » Approfondissant la réflexion entamée avec son best-seller, No Logo (Actes Sud, 2001) Naomi Klein dénonce, ici, documents à l'appui, l'existence, depuis plus d'un demi-siècle, de stratégies concertées pour assurer la prise de contrôle de la planète par les multiples tenants d'un ultralibéralisme qui a systématiquement mis à contribution crises, désastres ou attentats terroristes - et qui n'a pas hésité, du Chili de Pinochet à Guantanamo - à recourir à la torture sous diverses formes pour substituer aux acquis des civilisations et aux valeurs de démocratie la seule loi du marché et la barbarie de la spéculation.
Rédigée dans une langue efficace, tonique, directe, traquant les zones d'ombre, identifiant responsables et bénéficiaires d'une marchandisation de la terreur dont les conditions peuvent, le cas échéant, se voir créées de toutes pièces, cette histoire secrète du libre marché souligne l'inquiétant avènement d'un « capitalisme du désastre ».

jeudi 31 juillet 2008

Alain Larribet & co aux Nuits nomades à Buzy

Vendredi 1er Août à 20h30 au camping de Buzy
Entrée 6€

Alain Larribet carte blanche en main, nous invente à un tour du monde des couleurs sonores... Notes caresses, massages des mots dits, corps à Korg en chanté, enslammé, improvisions subliminales, Musique sans papier...
Ici c'est l'ailleurs...

Embarquement Immédiat avec la présence dans l'équipage d'Alain Larribet, Sophie Serougne, Bruno Viougeas, Yann, Sébastien Tillous, Fanny Larailhet, Nicolas Loustalot et bien d'autres invités

mardi 29 juillet 2008

Le Lab'oratoire à la Tanière à Louvie Juzon


Ce soir à Louvie-Juzon (64) au restaurant 'la Tanière', soirée du collectif Lab'Oratoire avec Jean-Luc Vertut, Nicolas Loustalot, Bruno Vougias et Sébastien Tillous

Lab'oratoire sonore,
Sonar syllabique à la recherche du tempo perdu,
détournement de mots mineurs,
débobineur de langues électropiques,
fouilleur de temps à contre temps,
ici les mots sont des mats qui s'articule dans la bouche du vent,
Architexte sans matricule,
plongé là dans ce face à farce troublant, trou noir...
Ici, on est tous ego dans la nasse qui se resserre...
Ici un peu de nous se (dé)livre, se délie, se délire,
se dérive pour peut être tendre vers vous...

et vous y êtes les bienvenues...

'L'expérience ce n'est pas ce qui arrive à quelqu'un, c'est ce que quelqu'un fait avec ce qui lui arrive' Aldous Huxley

mardi 22 juillet 2008

Paroles du chef Seattle...


Dès 1976, le texte « Les paroles du Chef Seattle », était présenté comme l’un des textes fondateurs du combat pour l’écologie. Ces paroles de sagesse planétaire sont attribuées au Chef indien Sealth, plus connu sous le nom de Seattle, de la tribu des Duwamish . Celui-ci les aurait prononcées aux alentours de 1854 afin d’opposer une fin de non-recevoir au Président des Etats Unis qui lui proposait d’acheter la terre de son peuple. On raconte qu’un certain Docteur Smith prit note de ce discours lors de l’Assemblée tribale de 1854 qui devait préparer les traités indiens. Ce texte est l’émanation de l’âme des peuples indiens d’Amérique. Leur rapport fusionnel avec la nature a attiré sur eux la hargne de l’homme blanc avide de puissance et donc l’ethnocide et l’écocide que l’on sait. En ce début de 21ème siècle, il nous a semblé important de participer à la diffusion de ces paroles.

Pour faire suite à la parution de « Lettre à l’éléphant » de Romain Gary en 2007, les éditions « Le Grand Chardon-Astobelarra » publient ce texte en édition bilingue Euskara-Français. A chaque lecteur ou lectrice de savoir s’il ou elle veut aider l’association en participant à la souscription de ce livre magnifiquement illustré par Gonzalo Etxebarria.

POUR SOUSCRIRE :

Sur papier libre envoyer vos nom, prénom et l'adresse postale à laquelle vous souhaitez recevoir le livre. Envoyer le papier et votre chèque à l'ordre de : Le Grand Chardon-Astobelarra à l'adresse ci-dessous :

Le Grand Chardon Astobelarra Maison Pastou F-64130 Moncayolle

Le livre "paroles du chef Seattle" est à vendre au prix de 4 € l’unité + 2 € de frais d’envoi. (Tarif valable jusqu’au 30 septembre, date de parution du livre en librairie où il sera vendu au prix de 5 €)
Vous pouvez adhèrer à l’association et verser 5 € ou plus
Le chèque ne sera déposé en banque qu’après l’expédition du livre

Vous pouvez aussi télécharger la souscription au format PDF Ici pour l'imprimer et l'envoyer par la poste...

Pour plus d'infos, allez voir sur le site d'Astobelarra

mercredi 16 juillet 2008

Lectures sous l'arbre avec la Boite à Malice

D'ores et déjà réservez du temps « Auprès de mon arbre »...
La Boîte à Malice vous propose des lectures sous l'arbre,


Rendez-vous à 17h au parking du parc pommé, près des serres municipales les :
18 et 19 juillet / 25 et 26 juillet / 1er et 2 août

L’occasion de découvrir ou de re-découvrir le Parc Pommé, un lieu riche de nombreuses espèces d’arbres, doté de deux sculptures contemporaines faisant partie d’un itinéraire « Sur le chemin de Compostelle », un havre de nature dans la ville.

Prendre le temps d’écouter des textes issus du répertoire classique et contemporains, de la poésie, des fables philosophiques et écologiques, des nouvelles, des mots lus avec en accompagnement sonore et visuel : le bruissement des feuilles, le souffle de l’air, le chant des oiseaux… et peut-être une ou deux surprises musicales !!

Une balade-lecture accessible à tous, avec pauses ombragées (marronnier ; érables ou magnolia) où de l’eau fraîche et un verre de jurançon vous attendront. Des sièges et des tapis seront installés pour votre confort.

Alors à bientôt

Pour plus de renseignement:
Catherine Favergeat Boite à Malice 05 59 34 45 32 / 06 16 20 56 80

lundi 14 juillet 2008

Le choix de la défaite

Quelles sont les causes de la défaite française de 1940 ? Comment comprendre l’engagement des banquiers et industriels dans la " collaboration économique " avec les Allemands entre la défaite et la libération de Paris sans s’interroger sur la phase précédente ? Les classes dirigeantes françaises ont-elles planifié dans la décennie 1930, comme leurs homologues belges guidées par la Banque nationale de Belgique, l’occupation prochaine de leur pays par l’Allemagne de Hitler ?
À la lumière d’archives françaises et étrangères, pour la plupart jamais encore dépouillées, Annie Lacroix-Riz revient sur les origines de Vichy. Un essai très engagé, qui bouleverse notre connaissance de cette période de l’histoire de France et au-delà, des relations internationales. Cet ouvrage défend la thèse que les hommes de Vichy ont préparé leur arrivée au pouvoir et que la transformation des institutions, rendue nécessaire par la crise, passait par la défaite française. L’ouvrage montre ainsi, dans une approche nouvelle, que les causes de l’Occupation sont avant tout intérieures. Il aborde la question de la nature des actions menées de 1933 à 1939 en faveur de l’axe Rome-Berlin. Surtout, il met en exergue le caractère déterminant de l’économie dans le fonctionnement de la société française des années 30.

Supermarchés, non merci !

Christian Jacquiau, économiste et commissaire aux comptes, a publié deux ouvrages sur la grande distribution et le commerce équitable. Optimiste, il invite l'ensemble des consommateurs à réagir, à penser de nouveaux modes de consommation, pour «construire un autre monde».



Dans cet extrait, Christian Jacquiau dénonce l'impact des supermarchés sur les pays du sud et le leurre que représentent agriculture biologique et commerce équitable.




Nous ne voulons pas de la misère ni de la précarité en France, et pourtant nous poussons religieusement nos chariots dans les supermarchés chaque samedi : c'est le paradoxe que dénonce Christian Jacquiau. Selon lui, ce débat ne se limite pas à la lutte entre petits commerces et supermarchés. L'économiste considère que les grandes surfaces à elles seules causent la perte du modèle social français. Et il prédit les mêmes effets dans le reste de l'Europe et dans le monde.



Aujourd'hui, seules six centrales d'achat contrôlent l'essentiel des produits de consommation courante distribués dans les grandes surfaces françaises, affirme Christian Jacquiau. Un quasi monopole. Incontournables, les hypermarchés ont un pouvoir non négligeable. A tel point que les plus grands groupes (Wallmart, Carrefour...) accompagnent la mondialisation dans tous les pays du monde, achetant les produits les moins chers possible là où la main d'œuvre est négligeable, et les revendant à bon prix là où les consommateurs sont demandeurs... avec un seul objectif : la rentabilité.




source

dimanche 13 juillet 2008

Le monde selon Monsarko

Les nouveaux rentiers ne tirent pas leurs privilèges de la propriété terrienne, mais de la détention et de la gestion d’actifs financiers. Méprisés comme nouveaux riches par l’aristocratie traditionnelle, ils affichent ostensiblement leur réussite, copiant en cela leurs idoles du Nouveau Monde.
Ils assoient leur pouvoir en aliénant ceux qu’ils exploitent et qu’ils font rêver, aidés en cela par des promoteurs de pavillons, de téléphones portables et de chaînes télévisées, diffusant de nouveaux jeux du cirque et propageant de puissants opiums du peuple.
La droite néo-légitimiste se distingue aussi de la droite légitimiste traditionnelle pour avoir compris qu’elle ne peut, en République, conquérir durablement le pouvoir autrement que par le suffrage universel. Elle doit donc se faire aimer du peuple qu’elle méprise.
Avec l’appui d’une presse qu’elle voudrait mettre aux ordres, la nouvelle droite est devenue « populaire » en menant une bataille idéologique sans complexes, faisant passer aux yeux du téléspectateur de TF1 les vessies pour des lanternes. Telle est d’ailleurs la fonction sociale de l’idéologie dominante, à moins que ses apôtres, fanatisés, ne soient pourvus, comme l’aurait dit Althusser, d’une fausse conscience de la réalité, à défaut d’en avoir mauvaise conscience.
Au nom de la lutte contre « l’immobilisme », les « réformes » organisant la régression sociale généralisée sont présentées comme les attributs d’une politique « moderne ».



extrait de “Sarkonomics”, le dernier livre de Liêm HOANG-NGOC, économiste, écrivain, maître de conférences à l'Université de Paris 1 et chercheur au CNRS.

introduction en téléchargement libre ici

interview à écouter de toute urgence ICI

1. Les travailleurs tu exploiteras
2. Les chômeurs tu stigmatiseras
3. La précarité tu répandras
4. Les vieux tu feras travailler
5. La faillite de l’Etat tu simuleras
6. Les bijoux de famille tu braderas
7. Des paquets fiscaux aux riches tu offriras
8. Les pauvres et les malades tu feras payer
9. Ton peuple tu ne consulteras pas
10. Tes habits neufs à la gauche tu prêteras

Tels sont les dix commandements de la Sarkonomics…


marianne2
La Forge

samedi 12 juillet 2008

Ce soir, nous sommes tous des berlinois

Il y a des concerts dont on peut se passer aisément et il y a les autres...
Ce genre de concert dont on prend connaissance quelques jours trop tard, souvent grâce au compte-rendu enflammé d'amis qui eux, ont eu la curiosité d'y aller.

-"Encore un groupe berlinois sans intérêt" diront les grincheux ?
-C'est surtout un groupe de dimension internationale qui atteint désormais sa maturité et qui l'a prouvé un peu partout sur la planète.

-"Ah ? Ils sont vraiment doués ? Mais ils se produisent où ce soir ? A 200km de chez moi ?"
-Point du tout, 17 HIPPIES se produisent ce soir à Oloron.

-"Oui, mais bon, je vois le genre, comme ils ont fait une très grosse tournée Européenne l'an dernier, qu'ils sont allés aux Etats-Unis, en Algérie, etc, je suis sûr que le prix de la place va être super cher !"
-Non, le concert est entièrement GRATUIT.

-"Oui mais bon, 17 HIPPIES sur scène, ça ne fait pas un peu beaucoup à la fois ? C'est que je n'ai que deux oreilles, moi, hein !"

-17 Hippies sont 13 sur scène, et ça leur porte bonheur depuis des années. Leur musique est insaisissable et formidablement communicative. Si vous ne sortez pas de là avec la banane, Mascali, co-organisateur de l'évènement en partenariat avec la ville d'Oloron, vous rembourse votre place gratuite. ;)



Samedi 12 Juillet
Jardin Public... 21h30

Première partie: Collectif Zik