mardi 30 janvier 2007

La Sociologie est un sport de Combat...

Portrait par Jean-Olivier Irisson

CONFERENCE : Pierre Bourdieu "La sociologie est un sport de combat"
par Bernard Duperrein (Maître de conférences en sociologie, Directeur de l’UTLA).
Le mardi 30 janvier 2007 à 20h30 à la salle Louis Barthou Organisé par Culture D'Hiver en partenariat avec l’Université du Temps Libre de Pau

Inscriptions : 05.59.39.79.18.

Pour en savoir plus : www.homme-moderne.org/societe/socio/bourdieu/index2.html

lundi 29 janvier 2007

Dans mon Petit Village...


Enregistrement son lors de la Soirée des Raconteurs de Sainte Croix : askatu.vox.com/library/audio/6a00cd970c699e4cd500cd970db0fa4cd5.html

DANS MON PETIT VILLAGE
AU PIED DES PYRENEES
NOUS DONNONS L’IMAGE
DE LA BELLE AMITIE

L’AMICALE LAIQUE
EST VRAIMENT SYMPATHIQUE
LE CLUB DU TROISIEME AGE
FAIT DE NOMBREUX VOYAGES

L’EQUIPE SPORTIVE
N’EST PAS DU TOUT CHETIVE
ET LA PETITE EGLISE
PARAIT VRAIMENT EXQUISE
DANS MON PETIT VILLAGE
AU PIED DES PYRENEES
NOTRE TRES BELLE IMAGE
EST UN PEU ECORNEE

IL Y A LE VOISINAGE
QUI FAIT DES COMMERAGES
IL Y A LES FAMILLES
QUI SONT TOUTES EN BISBILLE

DANS MON PETIT VILLAGE
AU PIEDS DES PYRENEES
A COUPS DE CARABINE
ON TUERAIT SA VOISINE



dimanche 28 janvier 2007

vendredi 26 janvier 2007

Oloronronne...


Il est tard,
Il fait gris,
Oloronrone,
Bercé par des notes d’Ossau,
Sur ta peau, la chair de houle.
O So Beautiful,
Belle endormie,
Sur ton lit d’herbe douce,
Du haut de ton Parc Pommé,
Princesse du Haut Béarn,
Redoutant le dur retour,
D’un cavalier,
Ultra Mal Poli,
surgit hors de l’ennui…

Photo extraite du site tout en reflet: refletsdevie.skynetblogs.be

jeudi 25 janvier 2007

Les Pieds sur Terre, l'émission de BIE sur Radio Oloron



Jeudi 25 Janvier (19h) :
Emission de radio « Les Pieds sur Terre » sur les Agendas 21 scolaires

La prise en compte du développement durable doit se faire également dans les établissements scolaires. L'Agenda 21 scolaire permet de répondre à ce constat et incite les établissements à proposer des actions concrètes en prenant en compte les dimensions environnementales, économiques et sociales.

Regards croisés entre les expériences menées depuis la rentrée scolaire 2006 avec les collèges Tristan Derême (Oloron) et Pierre Jaureguy (Tardets)

Diffusion sur Radio Oloron (89.2)
Retrouvez BIE sur www.bie.fr

mercredi 24 janvier 2007

Parlons la bouche pleine...


Affiche réalisée à l'occasion des Journées mondiales du Conte et du Printemps des Poètes 2006 par www.creativ-id.com

En attendant le Printemps des Poètes, où des Attentats poétiques seraient en cours de préparation, retrouvez les Soirées des Raconteurs de Sainte Croix sur le blog d'Askatu : http://askatu.vox.com

mardi 23 janvier 2007

"Nocturnes", Yves carrassoumet met son grain de sel à la crêpe-rie...



Retrouvez l'exposition "Nocturnes" d'Yves carrassoumet à la crêperie Grain de Sel à Sainte Croix.

Nocturnes c'est O vue de Nuit, O d'ombres et de lumières, O dans l'oeil d'Yves, un oeil de fusain et un trait qui fuse dans la nuit d'O...
Ici, O est à l'abri des speedés, retirée de nos train-trains trop pressés pour l'apprécier...
O se dévoile au détour d'un lampadaire, d'une rue sans but, d'un sourire de lune, et danse avec nos "eyes" sur un air de Jazz...


Toujours à la Crêperie, Samedi 27 Janvier à 20h30, Soirée lecture avec les Mots dits
texte lu: Doucha Strubb (Merejkowsky)
lectrices: Doucha et Claudine.

Ce texte raconte des tranches de vie d'une jeune femme d'aujourd'hui.
Questionnement sur l'identité....
Questionnement sur le devoir de mémoire.....transmission...
Premier livre de Doucha, écriture puissante et fraiche à la fois.


Renseignements : Crêperie Grain de Sel au 05-59-39-79-50

lundi 22 janvier 2007

O secours !


"Derrière le Hublot, Nicolas lave les vitres"
Quel culot ce Nicolas !
Voilà qu'il nous joue l'alter-naïf maintenant...
Faire confiance aux Hombres Politiques...
Penser que leur sens des responsabilités dépasse leur sens des affaires...
Oser croire qu'ils se projettent au delà de leurs propres mandats pour penser aux dé-générations futures...
Pour ces dé-raisons, il ne se présentera pas.
Face au réchauffement de la planète Taire,
aux cris d'alarmes du magazine Silence,
Nicolas depuis son ULM sponsorisé,
continuera à brandir cette phrase de Frère Jacques prononcée en 2002:
"la maison brûle et nous regardons ailleurs"...

Aller voir : terresacree.org/boycott.htm

dimanche 21 janvier 2007

samedi 20 janvier 2007

Parapente à Accous...



vidéo postée par Dibixx
www.accousdailes.com

vendredi 19 janvier 2007

Les rêveurs d'Ours...














"CE SOIR, nous avons dîné chez les Bergès. Ils ont fait rôtir les épaules d'un isard que Jean-Pierre avait chassé l'hiver dernier. Un Béarnais ne peut pas honorer mieux ses hôtes. Mais « le docteur » sait ce que bien soigner veut dire. Surtout les bergers. Il connaît leur secret : « En général, ils se portent mieux quand ils sont dans la cabane que quand ils sont dans la vallée. Ils y sont plus heureux. Le berger pense, dans sa solitude. C'est comme ça que la montagne lui devient indispensable. D'ailleurs, chaque année, les plus vieux m'annoncent que c'est la dernière fois qu'ils partent, mais la saison suivante ils remontent encore. Ils ont une sorte de fierté, par rapport à l'homme des vallées. Au mois de mai, ils deviennent fous. Ils sont comme les brebis. Ils montent jusqu'à la mort. »
© Antoine Peillon (texte et photos)


lire la suite sur : http://www.franceradicale.org/tombeau_papillon.htm

Anal-fée-bête...


Des colons aura con pris
con aura passe que nous vous drons,
a l'or on repas ce rat,
essai là, qui sent vous drons...

Des colons nos rats compris
con poux rat tous jours coups rire,
allo rond a temps drap pas si amant,
essai là, con Ira l'eau hein...

Déco long No rat con prix
quel le langagement,
queue l'émo sont transe parents,
queue lent gage ment songe,
allo rond aura fée impasse âne à vent,
et on pour ras hais cri-re nain porte quoi...

A ce luit Qi con prend drap...

jeudi 18 janvier 2007

Ne pas confondre...


Ne pas confondre démocratie participe-hative et démagogie participactive, Staline et Stalone, la Mairie et l’Amérique, citoyenneté et clientèle, érection et élection, l’après dîner et la précarité, Picasso et piques assiettes, communauté de communes et communes ôtées de commune.
Ne pas confondre « addiction » (relation de dépendance à une substance – l’alcool par exemple la plus courante –, à une activité – artistique, politique, artisanale, ouvrière, précarisée, flexibilisée, délocalisée…–, qui a de grave conséquences sur la santé) et « adduction » (action de dériver les eaux d’un lieu pour les amener dans un autre).
Ne pas confondre « assigné à résidence » (séjour effectif et obligatoire en un lieu, obligation de résider) et « a signé à résilience » (capacité à vivre, à se développer en surmontant les chocs traumatiques et l’adversité).

Quand on ne pense pas ce que l’on dit… on ne dit pas ce que l’on pense..."

Bernard Lubat

Décolorons...



"Derrière les couleurs, derrière les façades à ravaler : les couleuvres à avaler…"

mercredi 17 janvier 2007

Déploration sur une hideuse statue plantée au coeur des pyrénées

À Monsieur de Tréville raidement statufié

Quand le mousquet se tait
quand les mouches se terrent
empanaché
quand la plume d'autruche plantée là
quand la croix sur le coeur
le pied sur un canon
il va immobile
empêtré comme un notable qui s'invite
il va moustaché en héros au détour d'un massacre
maisons brûlées
récoltes dévastées
filles laissées là titubantes
il va fier
l'esprit vide
le sourire aplati
les mains posées à plat sur un monde incompréhensible
il avance regardant vers là-bas les évêques gantés
dans cette ville où maintenant s'unissent le sable et le goupillon
en un vol archaïque
il va
pâle et raide comme un dernier amour
il va
habilement sponsorisé par un marché quelconque
il va donc distribuer
de la pointe de son épée
les regrets inutiles

lundi 15 janvier 2007

Requiem pour la neige

La neige qui est pour Claude Nougaro une « Négresse en négatif », pleure très souvent. Parce qu’elle morfle. Parce qu’elle en prend plein la gueule à cause du réchauffement de la planète. A cause de nous, car le réchauffement climatique, c’est nous et nos 4×4, nous et nos usines, nous et notre vie sans rêve. A cause de nous, les flocons meurent jeunes et se font rares sur nos pistes trop chaudes pour leur peau aussi fine que celle des nouveaux-nés. Les flocons vont se réfugier sur les glaciers, là où les téléphériques, les remonte-pentes, les œufs, les paniers, les tire-fesses n’accèdent pas. Mais cela ne saurait durer, car, dans leur cabinet climatisé, sur leurs feuilles de Canson, les architraitres dessinent les plans des voies d’accès à nos cimes inviolées. Ils construiront des hôtels de luxe sur les moraines dont Michel Leiris nous dit qu’elles sont « les marraines des glaciers, leurs reines mortes. » Ils visseront des parkings géants aux joues des roches les plus hautes, celle sur lesquelles, dans les colonnes des illustrés de mon enfance, s’agenouillait, émerveillé, Gaston Rebuffat. Gaston Rebuffat, poète alpiniste, ne trouvait, dans les neiges éternelles, ni or ni or blanc, seulement des « poussières d’étoiles. »

Christian Laborde dans Le Figaro, lundi 18 janvier 2006

Un dimanche à O



Source photo : http://refletsdubearn.blogspot.com

O, il est dimanche et c’est l’hiver,
A Sainte Marie les cloches sonnent,
La messe est dite et le messie dort,
Sur les grands écrans des petits travailleurs :
Drucker et Vivement Dimanche…

O, il est dimanche et c’est l’hiver,
Tes terrasses sont vides,
Tu n’attends personne,
Tu respyrénées à plein pou-monts,
L’air court dans tes rues sans roues,
Tes potes d’échappement ronronnent à peine.

O, il est dimanche et c’est l’hiver,
Tu es en panne,
Pas d’inspiration, mais d’événement,
Rien ne se passe,
Ton agenda est vierge :
Ni discours, ni inauguration,
Ni match du FCO,
Ni essai de Séréna en direct de Radio O…

O, il est dimanche et c’est l’hiver,
Je n’ai pas oublié notre rendez-vous,
Je suis venu avec mes mots,
Te retrouver aux pieds du gave
Comme promis...

dimanche 14 janvier 2007

Reflets d'O



Source: refletsdubearn.blogspot.com

O,
Dans ta toile cousue par les mains de fée de Matthew,
Je me ballade, je me laisse surprendre,
et je me pose des questions sur la poésie du regard,
quand dans leurs yeux je ne vois que des euros…
quand dans leurs plans je ne vois plus tes ombres…

O,
J’aime tes reflets dans les yeux de Matt2,
J’aime ta pudeur, tes facettes hors normes,
J’aime quand tu plonges tes façades dans l’œil du gave,
ton envers du décor, ton corps humide,
tes recoins timides et sans bornes,
tes miroirs d’eau,
tes gouttes à gouttes sur des vitres qui me parlent de toi,
tes détours aquatiques pour nous dire qui tu es, et ceux que tu hais…

O,
J’aime quand tu poses nue,
Tes hanches sexy,
Sur un air de Tchicai au Saxo
Quand tes rives se croient au Lido,
Quand tu te déshabilles
Que tu ôtes tes habits de Lumière,
Alanguie sur ton lit d’O
Quand ton ombre s’échappe au coin d’un réverbère,

O,
Alors,
Le regard vague,
mes rêves errent dans tes courants d’air
mes mots coulent de ta source
mon O débit roule sur ton dos,
Et dévale ton cours jusqu’à l’O-céan…

O vue par Manet et Dali...

"Par delà les toits du quartier Sainte Croix tu peux, Ô contribuable intègre, apercevoir le col du Somport et imaginer les ruines de l’Hôpital Sainte Christine. Olorie Sainte Marron, c’est beau mais c’est triste. Manet s’y est emmerdé : le tableau qu’il en a laissé en témoigne .Vigny y aurait composé « la mort du loup », vous pouvez juger de l’ambiance…Bien sur il y a la rue Dalmais, où Salvador Dali fit une visite remarquée, puisqu’il la jugeait l’anti-centre du monde…"

Source :
http://ezcurdia.free.fr/manet.htm







L'arroseur arrosé...

Réalisé par DRAN (voir liens)







A quand un Centre d'accueil pour Sans Planète Fixe ?


Expo "Ils sont là" d'Olive Simon réalisée en 2006 pour le Festival du Film Web.

Ode d'O (message plébiscitaire)

O, ville d'art et d'histoire,
belle romane, aux airs gothiques et aux accents mozarabes,
Ô, ton bérêt rebelle hissé sur ton front résistant,
Ô, tes maquis Coco, et tes passeurs de liberté.

O, ville d'eau, de gaves et de galets,
de confluences, d'hommes et d'âmes,
Ô, terre de culture de Jéliote à PL-Giannerini,
de Tristan à Supervielle (el sup)
Terroir de garbure, de foires et de poule au pot.

Ô, capitale du BÔ-Béarn,
Ville la plus sportive,
Ô Pack du FCO,
Tu franchis tous les murs,
tu rallies les cimes,
toujours plus O,
Tu agis à O...

O, Ville d'Hommes et de Lumières,
cité de poètes,
Ô Terre d'accueil, de refuge et de Transit,
Ô, "Les pyrénées écoutent aux Portes" comme dit le Sup
et l'Espagne tauromagique te prend par les cornes...

Ô corne-Muse de la Batuc dans les rues de Santa Cruz,
Ô Place Saint Pierre, ton Grain de Sel en folie,
ton épicerie, tes fêtes épiques, ta foire d'époque,
les concerts de Matthew en noir et blanc dans ta chapelle envoutée,
Et tout la Haüt, le bar des Papys, les vidéos de Pasqui,
et les coups de gueules de Jean-Phi pour des valeurs qui prennent feu.

Ô, mon égo sur ta toile,
dans l'écho des étoiles,
O, ton Poulpulaire Festival du film Web,
Tes Ovnis, tes Olive Simon, tes DKP.

Ô, ton réveil, ton sursaut,
Ô ton essor, tes ressorts,
O la festive, gourmande et volatile,
O, l'événement au quotidien.

O, ville rose,
ça manque d'épines,
Saperli-Popeye,
où sont mes épinards ?

O-VNI


Réalisé pour le festival du film web d'Oloron en 2006.

Atterissage sur O



Vidéo de babapt64