dimanche 30 septembre 2007

Los Tuños de la Vallée d'aspe...

L’association Los Tuños a été créée en 1998, elle fête donc sa neuvième année d’activité. Elle a pour but le développement des cultures alternatives en vallée d'Aspe, et plus concrètement le développement du BMX, du VTT de descente et du snowboard en ce qui concerne les sports, de la musique dite « non classique » en général, ainsi que les arts de rue. Le terme « cultures alternatives » a été choisi pour la variété d’actions qu’il permet d’entendre. La vallée d’Aspe est, encore aujourd’hui, isolée en ce qui concerne les spectacles ne traitant pas de folklore ni de pastoralisme, l’alternatif est donc tout ce qui touche les cultures extérieures, et principalement celles que l’on appelle urbaines, à base de musique amplifiées et de sports tels que le BMX. Los Tuños a toujours cherché à attirer un public divers, que ce soit au niveau de la provenance, de l’âge ou du milieu social. Son ambition est de créer des espaces d’échange et de rencontre pour ouvrir les aspois à de nouveaux horizons tout en faisant découvrir la vallée sous un autre visage que celui de ses traditions ancestrales. Depuis peu elle s’applique aussi à renforcer le tissu social devenu ténu dans les villages de montagnes, notamment à Sarrance où elle a établi son siège social, en organisant des évènements spécialement destinés aux habitants et en coopérant avec d’autres associations.

Plus d'Infos sur Los Tuños

samedi 29 septembre 2007

Kenneth White et la Géopoétique...

Ce qui marque cette fin du XXe siècle, au-delà de tous les bavardages et de tous les discours secondaires, c’est le retour du fondamental, c’est-à-dire du poétique. Toute création de l’esprit est, fondamentalement, poétique.Il s’agit de savoir maintenant où se trouve la poétique la plus nécessaire, la plus fertile, et de l’appliquer.

Si, vers 1978, j’ai commencé à parler de «géopoétique», c’est, d’une part, parce que la terre (la biosphère) était, de toute évidence, de plus en plus menacée, et qu’il fallait s’en préoccuper d’une manière à la fois profonde et efficace, d’autre part, parce qu’il m’était toujours apparu que la poétique la plus riche venait d’un contact avec la terre, d’une plongée dans l’espace biosphérique, d’une tentative pour lire les lignes du monde. Depuis, le mot a été repris, ici et là, dans des contextes divers. Le moment est venu de concentrer ces courants d’énergie dans un champ unitaire. C’est pour cela que nous avons fondé l’Institut de géopoétique. Avec le projet géopoétique, il ne s’agit ni d’une «variété» culturelle de plus, ni d’une école littéraire, ni de la poésie considérée comme un art intime. Il s’agit d’un mouvement majeur qui concerne les fondements mêmes de l’existence de l’homme sur la terre.

Dans le champ géopoétique fondamental, se rencontrent des penseurs et des poètes de tous les temps et de tous les pays. Pour ne citer que quelques exemples, on peut penser, en Occident, à Héraclite («l’homme est séparé de ce qui lui est le plus proche»), à Hölderlin («poétiquement vit l’homme sur la terre»), à Heidegger («topologie de l’être»), à Wallace Stevens («les grands poèmes du ciel et de l’enfer ont été écrits, reste à créer le poème de la terre»). En Orient, il faudrait penser au taoïste Tchouang-Tseu, et à l’homme du vieil étang, Matsuo Bashô, sans oublier la belle méditation du monde que l’on trouve dans le Hwa Yen Sutra.

Mais la géopoétique ne concerne pas que poètes et penseurs. Henry Thoreau était autant ornithologue et météorologue («inspecteur des tempêtes») que poète, ou plutôt, il incluait les sciences dans sa poétique. Les liens de la géopoétique avec la géographie sont évidents, mais ils existent aussi avec la biologie, et avec l’écologie (y compris l’écologie de l’esprit) bien approfondie et bien développée. En fait, la géopoétique offre un terrain de rencontre et de stimulation réciproque, non seulement, et c’est de plus en plus nécessaire, entre poésie, pensée et science, mais entre les disciplines les plus diverses, dès qu’elles sont prêtes à sortir de cadres souvent trop restreints et à entrer dans un espace global (cosmologique, cosmopoétique) en se posant la question fondamentale : qu’en est-il de la vie sur terre, qu’en est-il du monde? Tout un réseau peut se tisser, un réseau d’énergies, de désirs, de compétences, d’intelligences.

Pour l’Institut de géopoétique
Le 26 avril 1989
Kenneth White

Vidéo Ici

vendredi 28 septembre 2007

La Machine à Trier des Pyrénées Atlantiques : 400 expulsions en 2007



ÉDUCATION SANS FRONTIÈRES. --Le département est bon élève dans les reconduites hors de France

D'après Isabelle Larrouy, du Réseau éducation sans frontières, 400 étrangers dans le département auraient été conduits hors du territoire en 2007. Des chiffres officieux qui émanent de sources proches des tribunaux. « Le département est bon élève, c'est pour cela que notre préfet ne s'est pas fait convoquer à Paris », sourit Isabelle Larrouy. D'après elle, les chiffres sont artificiellement gonflés par des expulsions de Maghrébins qui transitent par l'Espagne pour rentrer chez eux « billets de transport en poche », mais qui se font arrêter parce que « le visa a expiré de trois jours ! ». L'inquiétude est grandissante chez les associations qui forment le réseau, comme la Cimade, la FSU ou le Mrap. « La pression est si grande sur les familles, qu'elles se tournent de moins en moins vers les associations. On s'interroge sur ces enfants non scolarisés », estime Isabelle Larrouy. Quant à la loi discutée en ce moment au Sénat, même si l'amendement Mariani est repoussé, « ce qui nous choque, c'est la proposition de cet amendement portant les racines du racisme et de la xénophobie », explique Jean-Jacques Le Masson, autre membre de RESF.RESF dénonce par ailleurs « le nouveau logiciel mis en place dans les écoles qui demande des renseignements sur la nationalité et le nombre d'années passées en France ».

Source Sud Ouest.

Plus d'infos sur RESF et sur
L'école des sans papiers

jeudi 27 septembre 2007

Les 24h du Mur à Oloron...


Samedi 29 et dimanche 30 septembre 2007, une manifestation exceptionnelle au Mur d'escalade d'Oloron pour la 2ème année: l'Open d'escalade des 24 Heures du MUR.
De l'escalade de jour...de nuit.

Plus d'infos et le programme Ici

Ici les murs ont des oreilles,
Pour grimper il faut parler la langue des murs
Danser dans les bras du mur,
Le prendre par la main,
Ne pas lâcher prise,
Danser de haut en bas,
Chuchoter des mots doux dans l'oreille du mur,
L'embrasser dans le cou,
L'enlacer tendrement mais fermement,
Faire l'amour au mur,
dans toutes les positions,
Jusqu'au plafond...

mercredi 26 septembre 2007

Forum des associations à Oloron, ce Samedi...

Le samedi 29 septembre 2007 de 10h à 18h, à l’Espace Laulhère aura lieu le Forum des associations d'Oloron. Vous pourrez notamment y découvrir l'Association Regardons qui vous prépare une sacré surprise pour très bientôt... Pour en savoir plus n'hésitez pas à vous rendre sur leur stand pour y rencontrer Jean Capdevielle, Hugo Desmaison ou les autres membres de l'association et leur demander ce qui se cache derrière ce drôle de projet du Kayak-Postal intitulé : "Pour que l'eau Vive"...

mardi 25 septembre 2007

Pétition pour une mise en cause du Rallye des Cîmes

Texte de la pétition qu'il est possible de signer notamment à l'épicerie verte d'Oloron.

Nous sommes un certain nombre de citoyens oloronais sensibles aux problèmatiques d'environnement et de qualité de vie.
A une époque où les dégats infligés à notre planète par l'activité humaine constituent de réelles menaces, nous estimons qu'il y a nécessité de mettre en cohérence notre mode de vie et de consommation. Qu'il est crucial que chaque citoyen, en conscience, se responsabilise et se mobilise concrètement dans ce sens pour répondre à l'urgence.
Les collectivités locales sont des instances de premier ordre pour donner l'exemple, inciter la population à des attitudes respectueuses et solidaires pour le bien de tous, à proposer en l'occurence des activités ludiques, culturelles adaptées.
Or, il nous semble qu'en autorisant et subventionnant à hauteur de 15000 euros le Rallye des Cimes, les élus de la commune d'Oloron Sainte Marie ne prennent pas vraiment la mesure de la situation.
Quelles sont les bonnes raisons de choisir ce type de loisir à sensation qui fait la promotion de véhicules tout terrain bruyants, polluants, grands consommateurs d'énergie fossile, détériorant au passage les chemins de campagne ?
Autant de dépenses qui partent en fumée pourraient servir autrement la collectivité !
Aussi, loin de se complaire en accusation, cette pétition se veut, avant tout, une invitation à la vigilance, à la prise de conscience des défis que nous pensons nécessaire à chacun de relever localement avec courage et détermination.

Préservons l'avenir même dans nos loisirs !
Signer la pétition

lundi 24 septembre 2007

Pour JB et KiKi de La crêperie Grain de Sel...


La crêperie Grain de Sel, c'est le lieu et l'utopie, l'eau et la source, la belle et la bête, le coup de gueule et le coup de coeur, du jazz et du cidre, des crêpes qui portent bonheur, toujours selon l'humeur, c'est des lettres d'humour, des fées moi rêver, des devis-net d'impôts, des sourires accrochés à la bouche, des murs qui se mettent à parler, des expoétiques, c'est un espace d'une autre espèce, un espace des possibles, sensible et sans cible, une révolution du quotidien, au jour le jour, un contre-temps du tampis, un chacun pour soif de connais-sens, une déclaration de guerre à la routine, à la fatalité, c'est un poumon, un imagin'air de rien qui tranforme à fond, un brin de fraicheur d'esprit, c'est pas qu'une addition au bout du conte, ça multiplie le je par nous, ça nous fait devenir l'envie, ça nous pousse des ailes, ça nous dit que rien n'est fini, que le comment se ment, qu'il faut recommencer le débat dès le début, qu'il faut toujours re-"comment c'est ?"...

La crêperie, c'est le lieu de l'utopie, c'est son sein, et c'est en têtant et s'entêtant, que le grand BB ("Béarnais Bondissant) de JB et Kiki que je suis, a pu grandir dans sa fête mentale, rencontrer celle qui fait pousser les zèles, profiter de l'instinct présent, et remercier ces crêpiers modestes et géniaux !

Aspa Siempre...

Crêperie Grain de Sel, Place Saint Pierre à Oloron Sainte Marie
Tel : 05 59 39 79 50

dimanche 23 septembre 2007

jeudi 20 septembre 2007

mercredi 19 septembre 2007

Réaction de Jean Lassalle suite aux propos de Bernard Kouchner sur l'Iran



On se souvient de Jean Lassalle, donnant des leçons de pragmatisme, déguisé en Conseiller en Paix sociale, prêt à résoudre d'un coup de braguette magique, le Conflit entre Israël et Palestine. Il avait alors suggéré humblement aux deux parties de s'inspirer des méthodes de l'IPHB (Institut Patrimonial-ou Pas très Moral- du Haut Béarn) qui selon ses propos incarnait à merveille le défi égo-centriste de mettre autour de la table (c'est à dire autour de Lassalle), les protagonistes antagonistes (élus, berger, chasseurs, écolos...) d'un conflit non pas de canard mais plutôt d'Ours...
Y'avait les "pour", y'avait les "contre", y'avait les ours, et y'avait le Zélu au milieu qui réussissait ce pari incroyable de confronter les points de vue et intérêts de chacun et de prendre des décisions con-sensuelles où chacun puisse se retrouver un peu...

Sauf qu'un beau jour un chasseur ni con-sensuel, ni même sensuel, d'un coup de gâchette légitime-défonce le vilain méchant ours...Il se trouva même que ce chasseur se situait au moment des fées, en territoire réservé à l'ours, sous entendu interdit au Chasseur consensuel...Il se trouva même un zélu, qu'il n'est nul besoin de citer (il se reconnaîtra), pour saluer le courage de l'homme, sa dignité, oubliant sa casquette IPHB qui aurait pu l'amener à condamner cet acte et avant tout le nom respect des règles établies (cf zone interdite à la chasse). Il se trouva aussi que par la suite ce zélu, eut du mal à trouver des sousous pour son joujou (IPHB) car le but même du joujou était la sauvegarde des ours : sauf que des ours des Pyrénées, il n'en restait plus dans la vallée... Alors, se retroussant les manches et changeant son fusil d'épaule, notre zélu à la voix qui porte, se fit réélire, et renfila son habit de Conseiller des Affaires étrangères... sur la forme...avisant les ours étrangers de Slovénie ou d'Iran de se raviser avant de franchir les pyrénées...

mercredi 12 septembre 2007

Samedi 15 Juin : La nuit du Cabaret 2007 au Camping de Buzy


La Nuit du Cabaret 2007, c'est Samedi 15 Septembre à partir de 19h au Camping les chênes de Buzy avec au programme : Jazz Manouche, Chanson théâtralisées, ciné en plein air, poésie, magie espagnole... Bref que du bonheur dans un lieu aussi magique : Ossau, Beautiful !

Plus d'infos Ici

mardi 11 septembre 2007

Poésie dans les chais, Samedi 15 Septembre


L'événement, poétique, a pris racine en 2003. Poésie dans les chais ouvrira à nouveau, le samedi 15 septembre, le ban des festivités de la Route des vins de jurançon. Sous l'organisation du collectif Scène ouverte, des poètes, musiciens, cinéastes, conteurs et autres charmeurs de mots viennent se produire dans les chais de producteurs indépendants de jurançon.
Trois lieux cette année. Le Clos Benguères à Cuqueron, recevra (11 h 30) Colette Prévost et Didier Bourda, avec Jésus Aured à l'accordéon. Dégustation et restauration sur place, entrée libre. À 14 h, au Camin Larredya, à La Chapelle-de-Rousse, (Jurançon), on suivra l'installation dans les vignes de Dimitri Vazemsky, puis on entendra (15 h) Jésus Aured et Laure Mollier (chant), avant les lectures spectacles (15 h 30) de Dimitry Vazemsky, Alain Helissen et Colette Prévost. Non loin de là, au Clos Thou, toujours à La Chapelle, se produiront (17 h) Charles Pennnequin, l'homme qui compte aujourd'hui, dans le milieu de la poésie, Edith Azam et André Gache. Là aussi, l'entrée sera libre et on ne se séparera pas sans déguster un doigt de jurançon. Les divers acteurs de l'après-midi se retrouveront en soirée (20 h) pour une bodega poétique, à Lacommande.
Le spectacle-repas (15€) est à réserver au 05 59 06 94 25 ou au 05.59. 82.70.30. (source Sud Ouest)

« Festival poétique à nul autre pareil. » (A.Helissen, Le Mensuel littéraire et poétique, Bruxelles)
« Inclassables…dilettantes professionnels ou guetteurs de sens? Tout cela à la fois ? » (Haydée Saberan, Libération)
« On pense qu'ils jouent avec les mots, et les voilà occupés à jongler avec les sons, les images,… » (Pays du nord).
« Plus de 100 personnes chaque soir pour écouter de jeunes et moins jeunes poètes lire leurs textes en cours n’est pas un mince succès » « Avec Azam et Pennequin, vous avez envisagé le duo entre ces deux spécimens aux objets textuels et sonores résolument inattendus. » (C. Chambard, Lettres d’Aquitaine)

Programme complet en cliquant ici

samedi 8 septembre 2007

L'Affaire Dupuy vue par Christian Laborde

Le Président de la République a reçu les familles de Chantal et de Lucette auxquelles Romain Dupuy, le discernement aboli, a ôté la vie dans des circonstances particulièrement atroces. J’espère que le Président aura trouvé les mots qu’il faut, des mots vrais, pour aider ces familles hantées par cette tragédie, privées de la présence de celles auxquelles nous pensons chaque fois que nous passons devant le CHP à Pau.

Les propos que le Président a tenus sur le drame de Pau, lors de sa rencontre avec la presse, appellent deux remarques. La première concerne le contenu. Qu’a dit le Président de la République : « Je ne suis pas sûr que le mot non-lieu soit parfaitement compréhensible pour un mari dont on a égorgé la femme ou par une sœur dont on a décapité la tête ». On retrouve ici l’esprit du discours de ceux qui, hier, nous reprochaient de lutter pour l’abolition de la peine de mort et nous hurlaient aux oreilles : « Vous êtes contre la peine de mort, mais si on tue un des vôtres : que faites-vous ? » En nous questionnant de la sorte, ils montraient combien ils confondaient justice et vengeance. On croyait le chef de l’Etat à l’abri de ce genre de confusion. La seconde remarque concerne le moment choisi par le Président pour parler. Lorsqu’il intervient à Bayonne, le juge d’instruction en charge du dossier n’a pas encore rendu sa décision. Osera-t-il signer une ordonnance de non-lieu alors que le Président vient publiquement de dire qu’un non-lieu serait « incompréhensible » pour les familles des victimes ? S’en tenant aux rapports des psychiatres, résistant à la pression que l’Elysée relayant l’opinion exerce sur lui, le juge d’instruction, disant le droit, a signé une ordonnance de non-lieu. Un non-lieu ne signifie pas que le crime n’a pas eu lieu, simplement que l’on ne peut juger l’auteur présumé, ce dernier étant « irresponsable au moment des faits. » En France – doit-on le déplorer ? - on ne juge ni les fous, ni les malades qui, le discernement aboli, commettent des crimes. Seuls les malades dont le discernement était, non pas aboli, mais « altéré » au moment des faits, sont jugés. Telle est la loi. Elle est respectueuse de ce que nous sommes.

J’essaie, comme chacun de vous, d’écouter la souffrance des autres. On ne s’étonnera donc pas que j’évoque aussi celle de Romain Dupuy et de sa famille. Romain est schizophrène. Romain souffre. Depuis longtemps. Terriblement. Et la société n’a pas répondu aux appels désespérés de sa mère qui ont précédé le drame. Aujourd’hui Romain est enfin soigné. Il faut espérer qu’il vaincra la maladie, qu’il se reconstruira. C’eût été le vœu de Chantal et de Lucette qui, chaque jour, étaient à l’écoute des malades.

Christian Laborde

Retrouvez les chroniques de Christian Laborde dans la Nouvelle République des Pyrénées ici

vendredi 7 septembre 2007

Be Bop Delloule la : Impro-babidouba in Précilhon


Petite Impro-babidouba en compagnie d'Alain Larribet et de son fidèle accordéoniste, en l'honneur de Gérard Huré et Josiane Deloulle lors de leur PACS ce printemps 2007.

mardi 4 septembre 2007

Cool'heure Béton au Skatepark les 8 et 9 Sept


"COOL'HEURE BETON!" est un mini-festival qui va grossir avec le temps si tout se passe bien. Il a lieu les 8 et 9 septembre 2007, au skatepark d'Oloron Sainte-Marie(64),et c'est la seconde édition. Ce park est relativement intéressant à rider, que ce soit en skate, bmx, ou roller, de par la diversité de ses modules.
Il a la particularité d'être bordé, côté gauche, d'un mur de 80 mètres destiné aux graffeurs. Devant s'étale une petite prairie où est installée la scène pour les concerts. Cet évènement est organisé par l'Association des Skateurs Oloronais, qui existe depuis 1998, et à qui l'on doit l'existence du park. Cette année, COOL'HEURE BETON! revêt un caractère particulier puisqu'il est dédié à un jeune ami, Nicolas, qui a quitté ce monde accidentellement bien trop tôt. Nicolas* était un rider BMX trés motivé, un local du skatepark aprécié par tous.

Plus d'Info et le programme