mercredi 6 février 2008

Municipale Oloron 2008 : Hervé Lucbéreilh...

Il est leurre de vendre des contes...
Sous le voile des façades
Les fantômes de la transparence,
Sont démasqués,
Tout comme,
Les blagues de Financ’Aïe,
Le sacre du sacré,
L’excellence sans le « local »,
Les concertations à sens unique,
Les coûts de com de l’avénement au quotidien,
Les trompes l’œil d’une ville tremplin,
La Politique de la course aux labels,
Les Vivons Oloron noyés dans le Saturday nignt blues,
La libre expression réduite à néons sur des panneaux sans âme,
N’oublions pas
Les promesses non tenues,
Les cartes UMP non rendues,
Les petits commerces vendus,
Le développement en péri-fait-fric,
Les contradictions schizophréniques,
Le tout tourisme à la traitraine,
Le développement durable gadgetisé, vitrinisé,
Les confluences d’intérêts,
La jeunesse scooteurisée : stigmatisée, Macdotisée
La culture identi-taire sanctuarisée,
Les associa-pions instrumentalisées,
Les intimidations à peine masquées,
Les « pas d’accords », les « pas contents »,
tenus par la laisse des liasses (subventions),
Sans oublier,
Les employé(e)s de Mairie moins que rienisés...

Mr le Maire,
Il est l’heure de rendre des comptes,
La guerre des façades s’achève,
Il vous faut sauver les meubles…

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Nicolas,
Ta belle plume ne doit pas être un trompe l'oeil pour tes lecteurs. Encore une fois tu fais preuve d'un sectarisme qui n'appartient qu'à toi, et qui te définit tellement bien maintenant, si nous lisons tes articles et si nous écoutons tes proches.
C'est dommage, ton talent serait peut etre un peu plus reconnu si tu faisais preuve d'un esprit critique beaucoup moins coloré, beaucoup moins ciblé.
Que tu ne partages pas la politique d'Hervé Lucbéreilh est un fait, je ne partage pas tout moi non plus, mais essaie de nuancer tes observations.
Tu dénonces les facades et la communication, mais à lire cet article je retrouve tous les stéréotypes et champ lexical des contestataires sans idées. Tu lances des mots, très beaux, très rythmés, très vus, très ordinaires dans ce genre de blog. La création laisse place à aux "copier/coller". C'est dommage... C'est signé Nicolas, une autre signature aurait bien pu conclure ce texte.
Le plus marrant dans tout cela, c'est tu ne te rends pas compte que tu fais parti de ces gens qui, si la droite n'était pas au pouvoir, n'existeraientt pas parce que ta création ne tourne qu'autour de cette critique sectaire! Au fond de toi, tu espères sincérement que cette droite locale ou nationale restera au pouvoir... Si Monsieur Uthurry devait arriver à la mairie d'Oloron, tu serais obligé de ranger ton venin... Chose qui te serait insupportable, enfin chose qui serait insupportable pour une personne qui a de réelles convictions!!!
Nicolas, fait preuve d'ojectivité, c'est pas évident, mais essaie... L'équipe Lucbéreilh est elle si mauvaise que cela? Tu les connais bien pourtant... ;-)

NicOlaS a dit…

"Tu fais preuve d'un sectarisme qui n'appartient qu'à toi, et qui te définit tellement bien maintenant, si nous lisons tes articles et si nous écoutons tes proches".

Anonyme,
Merci pour ce message qui a le mérite d'être mis en commun, et en discussion dans cette agora virtuelle, même si il est dommage que cela se déroule dans l'anonymat le plus masqué (ce qui enlève de sa force au propos, à mon avis). Il serait donc intéressant que tu nous livres au mins les raisons de cet anonymat...

J’avais quelques questions à te poser pour me permettre d’éclaircir tes propos…
C'est quoi en l'occurrence le sectarisme ? Est-ce que tu l’entends au sens de « esprit critique coloré et ciblé » comme tu sembles le sous entendre dans ta formulation ? Dans ce cas là en quoi cet esprit critique serait le terreau d'un sectarisme ? D'ailleurs quand tu parles de mon sectarisme (l'idée que ce sectarisme n'appartienne qu'à moi selon tes propos, est assez paradoxal), quels en seraient les contours, les fondements... Et oui vu que tu m'apprends des choses sur moi, j'ai envie d'en savoir plus, je suis curieux et joueur aussi...

D'ailleurs pour continuer le jeu de piste qui me mène à toi, j'ai encore d'autres remarques...

Qui sont ces proches en question dont tu fais allusion ? (question à trois points)
Même quand on se cache derrière l'anonymat, il n'est pas interdit de citer ses sources...

"Ta création ne tourne qu'autour de cette critique sectaire"...
Manifestement Mr anonyme vous ne me connaissez pas encore assez pour connaître mes sources d'inspiration qui heureusement pour mes créations ne se limite ni à la ville d'Oloron, ni à son Maire, ni à la droite en général. Je vous laisse d'ailleurs le soin d'aller visiter notre création en cours sur : http://collectif-fmr.blogspot.com ou encore les vidéos de mes interventions poétiques présentes sur le site...
Je vous convie par ailleurs à notre prochaine auberge poétique qui aura lieu courant Mars pour le Printemps des Poètes (Parlons la bouche pleine)...

Quant à mon venin, il ne faudrait pas oublier la lettre d'amour que j'ai écrite au Maire d'Oloron, et qui est restée sans réponse...
Mon chagrin ravalé, tout comme les façades des rues d'O(c'est vrai que je fais une fixation sur les façades, mais c'est tellement symbolique cette politique de façade !) et mes restes d'amours déçus ont laissé place à un regard plus libre et à des mots moins mielleux pour dire ce que voyait ce regard, qui n'est qu'un regard parmi d'autres et qui ne prétend rien imposer, sinon livrer un ressenti personnel sans (auto)censure et avec un style qui cherche le rythme et qui parfois trouve la rime...

Quant à la liste menée par Mr Uthurry, mes mots seront toujours là pour dire les dérives, si dérive il y a...C'est en tous cas gentil de me mettre en garde, certe de manière mal à droite, contre l'auto-censure qui pourrait me guetter, si la liste Uthurry remportait les élections, ce que je souhaite...

Quant à savoir si l'équipe Lucbéreilh est si mauvaise, je ne pourrais pas le dire, ce que je sais par contre, c'est qu'elle ne correspond ni à mes valeurs, ni à ma vision de la vie dans la cité, (ceci incluant les politiques d'urbanisme, de la jeunesse, de l'environnement, du tourisme, de la culture...).
Et dans la pratique, elle n'incarne pas mes aspirations...

En te remerciant de m'avoir permis peut être de clarifier certaines choses et dans l'attente de te lire...

Nicolas Loustalot

Anonyme a dit…

Certains signes ne trompent pas: Il y a bientôt une campagne électorale à Oloron, non ? :p

Ce n'est en tout cas pas étonnant que quelques mines dérivent ça et là. Je crois que Nicolas a parfaitement répondu à cette personne qui, sans doute, n'en demandait pas tant.


Courrier anonyme en tout cas fort instructif sur les méthodes qui seront employées ces prochaines semaines et dont les limites de la décence risquent hélas de briller par leur absence.

La pensée raisonnable, est-ce forcément la pensée médiane ?

C'est une question à laquelle notre auteur Anonyme n'a visiblement pas trouvé de réponse tangible. Car sous des dehors mesurés et à priori tout à fait fréquentables, il faut bien reconnaître que l'auteur nous livre presque malgré lui une vision somme toute très particulière de la démocratie et de la liberté d'opinion.
Voilà que ce monsieur décide de prendre la plume pour aller tenter de déprécier un espace où des centaines de personnes, d'opinions réellement diverses, se rassemblent chaque semaine, virtuellement mais aussi concrètement, autour de la plume de Nicolas et des quelques autres rédacteurs.
Que dit ce courrier ?
L'auteur anonyme vient mettre en garde l'assemblée à deux niveaux:
Le premier, ce sont les lecteurs. Le message est clair: Attention à la plume de Nicolas, nous prévient-on. Une plume que l'on consent à reconnaître de qualité mais dont la nocivité pourrait justement ne pas être immédiatement perçue.(Les lecteurs ne seraient donc pas intellectuellement armés pour lire du N.L. ;p )
On peut penser au célèbre "Ce ne sont pas des idées saines" de Serge Dassault.
Mais après la mise en garde collective, voilà le tour de la calomnie habillée par un manteau de douce condescendance. Il y a une promotion sur l'incohérence, profitons-en:
On indique du bout des lèvres que "nous" (ceux qui se sentent visés ? ) lisons avec régularité ce blog, mais plus loin, on nous avoue que le blog est semblable à des centaines d'autres et qu'il ne mérite que peu d'intérêt. Il y a des masochismes qui font parfois peine à lire.
On reconnait en outre que Nicolas a du talent, mais plus bas, on ajoute que ça pourrait être signé par n'importe qui d'autre.
On reconnait implicitement que ce blog a du succès (en venant poster) et on affirme dans le même temps que l'auteur de ce blog ne deviendra jamais riche et célèbre ( Il faut croire qu'un artiste qui ne recherche pas la gloire et la réussite est immédiatement suspect dans la logique spirituelle un peu désuette de notre cher Anonyme)
On se permet même de parler au nom des proches de Nicolas, laissant planer l'idée que son entourage se plaindrait (auprès de l'UMP ? ;p )d'un sectarisme démesuré, c'est le plus bas niveau de la politique, on ne peut que remonter, courage, fuyons !

Hélas, trois fois hélas, cher Anonyme, le sectarisme, le venin, l'intervention en trompe l'oeil ne sont pas dans le camp que vous croyez.

La grande force de ce blog, c'est au contraire celle de pouvoir vous y lire, et ce même pour y déverser des insanités sous la forme d'un innocent conseil.
La grande force de ce blog, ce sont les gens qui le font exister, et ce tout simplement en le parcourant, comme vous (?) avec régularité.
Ces personnes, qu'elles soient de droite comme de gauche, estiment sans doute qu'il est possible de voir autrement le paysage culturel local.
Parce que les lecteurs de ce blog estiment que le changement n'est pas automatiquement synonyme de progrès.
Parce que les lecteurs de ce blog savent très bien reconnaître les contines moralistes des authentiques conseils, nous avons le plaisir de vous y lire, cher Anonyme, et vous nous voyez ravis d'apprendre que ce plaisir est partagé.
Même si vous n'avez pas lu un dixième de ce blog.
Même si vous n'avez pas pris note de son immense ouverture d'esprit.
Même si vous n'avez pas encore pris conscience de sa richesse.
On ne parle pas de celle qui sonne, claironne et qui finit par trébucher. Non, il faut juste vous parler de l'infinie richesse des hommes et des femmes qui peuplent notre espace commun et qui attendent sûrement une gestion du bien public plus en accord avec quelques-uns des principes républicains les plus élémentaires.

Au plaisir de vous relire sur ce blog, cher Anonyme. Le mois de Mars risque d'être maussade pour vous, gardez le sourire malgré tout.


Julien

NicOlaS a dit…

La pensée est un arc...
Et les mots sont des flèches, que la plume décoche, sans se cacher, dans le coeur du sens-cible...

Ici, pas de secte-Taire,
Ici des mots, des échos colorés, des décodeurs,
des décolorons les drôles de "coups-leurres",

Ici on est pas dans la pensée juste, on est juste dans la pensée, celle qui se cherche, se déploie, celle qui dit que le chemin c'est le détour...
celle qui Trans-spirale, qui croise le faire et le dire, qui ose défaire, contredire, celle aussi qui propose d'autres rives, d'autres rêves...

Ici on dit merci Julien pour tes mots qui font chaud au coeur de cet espace virtuel, tes mots qui lui donnent corps, Tes mots juste des mots pour dire ce que les miens aussi auraient aimé pouvoir dire...

Anonyme a dit…

hier stalinien aujourd hui ecolo pas bo lech bot a sarko