lundi 7 avril 2008

Jean-Luc Mélenchon: Un O'céan de sagesse

Sénateur de l'Essonne (PS), Jean-Luc Mélenchon nous livre ses réflexions sur la question tibétaine, qui ne serait pas selon lui, aussi simple que l'on veut bien nous la présenter.



A quand un rond point Mélenchon à O ?

http://www.jean-luc-melenchon.fr/

8 commentaires:

NicOlaS a dit…

ça a le mérite de décaler le débat un peu trop enflammé ces JOurs-ci.

Après c'est drôle car hier je lisais sur la revue histoire, un petit portrait de mélenchon dans un dossier sur la franc maçonnerie...

Pour le rond point, moi je serai plutôt pour un rond point du Tibéarn, un style d'annexe du Béarn Libre !

Mathieu de Castellbon a dit…

Jean-Luc Mélenchon a sans doute le mérite de nous faire réfléchir sur la nature même du régime qui pourrait se mettre en place au Tibet, en tout cas si la logique séparatiste devait aboutir. Or on sait très bien que dans la situation actuelle, elle ne le pourra pas.
Quelle peut donc être la portée réelle de ce type d'action relayée par la presse de masse depuis quelques semaines et dont les contours ne semblent être définis que par la seule symbolique occidentalo-occidentale ? Le but serait-il de provoquer un soulèvement chinois ? Encore faudrait-il qu'ils voient les images...
Il y a également la logique diplomatique, qui s'applique et doit s'appliquer à tous. Pourquoi les occidentaux devraient-ils mécaniquement remettre leur conscience en émoi à date fixe alors même qu'une bonne part de la fuite en avant monétaire perpétuelle des Etats-Unis est largement entretenue par la croissance chinoise ?
Alors même que ce sont des populations entières de paysans, souvent très jeunes, que l'on sort de l'école et que l'on affame en périphérie des mégapoles chinoises dans ces usines/dortoirs aux conditions inhumaines ? Alors même que l'on sait que c'est une génération entière de chinois qui va être sacrifiée sous l'autel de la montée en régime de l'économie chinoise ? Alors même que l'on sait que la Chine, que l'on présente depuis peu comme un ogre, n'est en réalité qu'un château de carte économique qui s'éffondrera ou presque, à l'instant même où les occidentaux auront décidé de s'y retirer. Alors que l'on sait que l'appareil de production y a été totalement surrévalué par rapport à la demande de biens à l'exportation ? (On a trop construit, trop vite, et souvent en dépit du bon sens) Alors même que la plupart des grands groupes mondiaux, y compris français, commercent, produisent ou tentent de commercer chaque jour avec la Chine ? Alors même que ce sont des instructeurs français du GIGN qui forment des policiers anti-émeutes chinois ? Alors même que l'armée chinoise bénéficie de transferts technologiques importants en provenance de la France, et dont une partie est actuellement utilisée pour réprimer les séparatistes réligieux tibétains ? (brouillage, technologie numériques, etc...)

Tout ceci est une bien belle farce en vérité.

De plus, pour des centaines de millions de chinois, ces Jeux signent enfin leur retour au sein de la communauté internationale. C'est la preuve pour eux d'une immense reconnaissance après avoir été mis au ban de la planète pendant des décennies. Ainsi il faut être très prudent avec ce type d'opération ciblée sur les consciences des populations. C'est surtout sa bonne conscience que l'on soulage en vérité.
Quelle curieuse nouvelle manière de voir le monde... Monde dans lequel il y aurait des religions "acceptables" et d'autres qu'il faudrait combattre ? Des mouvements religieux que l'on ferait parler à la place des peuples ?
En obligeant - presque - les français à prendre parti pour des religieux face à une dictature, on ne peut forcément que perdre en clairvoyance et en recul dans la complexité d'analyse qu'impose ce type de question. Il ne s'agit en aucune façon de justifier l'indifférence. Il s'agit au contraire de penser en homme libre: Avec des religieux au pouvoir, le Tibet pourrait-il se dire vraiment libre ?

C'est dur de lire tout ça, hein ? Il a l'air pourtant tellement sympa, le dailaï lama. Et puis il est non violent, pas comme Bayrou, lui au moins n'a jamais giflé personne. ;)

Mathieu de Castellbon a dit…

Mélenchon a passé la seconde couche ce matin sur Europe 1 alors que la première n'était pas encore tout à fait sèche. ;)

Le buzz médiatique étant bien lancé à présent, il prend d'avantage de temps pour s'expliquer.
Voici l'extrait en question dans son intégralité:





Je ne suis pas communiste chinois. Je ne le serai jamais. Mais je ne suis pas d’accord avec les manifestations en faveur du boycott des jeux olympiques. Je ne suis pas d’accord avec l’opération de Robert Menard contre les jeux olympique de Pékin. Je ne suis pas d’accord avec la réécriture de l’histoire de la Chine à laquelle toute cette opération donne lieu. Je ne partage pas du tout l’enthousiasme béat pour le Dalaï lama ni pour le régime qu’il incarne. Pour moi, le boycott des jeux est une agression injustifiée et insultante contre le peuple chinois. Si l’on voulait mettre en cause le régime de Pékin il fallait le faire au moment du choix de Pékin pour les jeux. Il ne fallait pas permettre à la Chine d’être candidate. Il fallait le dire en Chine. Ce qui se fait est une insulte gratuite et injustifiée contre les millions de chinois qui ont voulus et préparent activement les jeux. Pour moi il flotte un relent nauséabond de racisme sur cette marmite !
UN PRETEXTE
Si un boycott devait être organisé, dans une logique agressive conséquente, ce n’est pas celui du sport qui est un moment d’ouverture et de fraternisation. Pourquoi pas plutôt celui des affaires et de la finance? Naturellement aucun des activistes mondains actuels ne le propose ni n’entreprend quoique ce soit dans ce sens. Si l’on devait vraiment se facher avec le gouvernement chinois, pourquoi le minimum de ce qui se fait dans les relations normales entre les nations ne se fait-il pas à cette occasion? Le président de la République chinoise (combien de protestataires se soucient de savoir comment il s’appelle ?) a-t-il été approché ? Lui a –ton demandé quelque chose ? Quoi ? Qu’a-t-il répondu ? Le premier ministre (combien se sont préoccupés de connaitre son nom ?) a-t-il été interpellé ? L’ambassadeur de Chine en France a-t-il été reçu et a-t-on eu un échange avec lui ? Qui s’en soucie ? Avec une morgue ressemblant a du racisme, on proteste contre un gouvernement dont on ne cite pas le nom des dirigeants, et dont on fait comme s’il n’existait pas? Pourquoi sinon parce qu’on pense par devers soi qu’il n’en est pas vraiment un. La superbe occidentale nie jusqu’au nom des gouvernant qui dirigent un peuple de un milliard quatre cent millions de personnes que l’on croit assez veules pour être maitriser par une simple police politique! D’une façon générale je ressens, en voyant tout cela, l’écho du mépris des colons qui ont imposé en leur temps les armes à la main l’obligation pour les chinois de faire le commerce de l’opium ! Si la volonté est d’affronter le régime politique de Pékin, aucun des moyens employés n’est de nature à modifier quoique ce soit d’autre que l’opinion occidentale déjà totalement formatée sur le sujet.
Donc les évènements du Tibet sont un prétexte. Un prétexte entièrement construit à l’usage d’un public conditionné par la répétition d’images qui visent à créé de l’évidence davantage que de la réflexion. Exemple : seule l’enquête « d’arrêt sur image » rapporte que les « évènements du Tibet » ont commencé par un pogrom de commerçants chinois par des « tibétains ». Dans quel pays au monde de tels évènements restent-ils sans suite répressive ? La vie d’un commerçant chinois a-t-elle moins de valeur que celle du manifestant « tibétain » qui l’assassine à coups de bâton dans la rue ? Bien de l’amitié pour les tibétains n’est qu’une variante nauséabonde du racisme contre les chinois. Elle se nourrit de tous les fantasmes que l’ignorance favorise. Que la répression ait été lourde est peut-être avéré. Comment l’apprécier ? Les seuls chiffres rabachés sont ceux du « gouvernement tibétain en exil ». Pourtant le gouvernement chinois, si j’ai bien entendu, annonce lui-même un nombre de blessés et de morts qui permet de comprendre qu’il y a eu une situation grave et sérieuse que les autorités admettent. Dans n’importe quelles circonstances ont essaierait de comparer les informations. On essaierait de comprendre l’enchainement des faits. Sinon autant dire que le gouvernement français de l’époque a ordonné de pousser deux jeunes dans un transformateur électrique à Clichy Sous Bois au motif qu’il avait alors une politique de main dure face aux banlieues. Personne n’oserait avancer une bêtise aussi infâme. Dans les émeutes urbaines américaines la répression a aussi la main lourde. Tout cela n’excuse rien. Mais cela permet de mettre des évènements en relation de comparaison.

UN PERSONNAGE SUSPECT
J’exprime les plus nettes réserve à propos de l’action politique de monsieur Robert Ménard, proncipal organisateur des manifestations anti chinoises. A présent, à propos du Tibet et des jeux olympiques, on ne voit que Robert Ménard. Il parle, parait il, au nom de « Reporters sans frontière ». Cette association est réduite à la personne de Robert Ménard. Bien des anciens membres du conseil d’administration pourraient en dire long au sujet des conceptions démocratiques de monsieur Ménard dans sa propre association. Quand je me suis trouvé sur le plateau de radio à France Culture où l’on m’interrogeait sur le sujet du Tibet et des jeux Olympiques, messieurs Marc Kravetz et Alexandre Adler sont restés silencieux quand j’en suis venu au rôle de monsieur Menard. Ils ne peuvent être soupçonnés de chercher à me complaire… Hors micro, les deux, exprimaient des réserves marquées sur les méthodes du personnage de Robert Ménard. Maxime Vivas a établi une analyse documentée extrêmement inquiétante sur ce personnage et ses sources de financements. Quoiqu’il en soit, il semble qu’il remplace aussi dorénavant les syndicats de journalistes, l’association internationale des droits de l’homme, Amnesty et ainsi de suite. Parfois même il remplace le Dalaï lama. Robert Menard milite pour le boycott des jeux et ce que ne fait pas le Dalaï lama. Celui-ci dit au contraire que le peuple chinois mérite les jeux. Robert Ménard est un défenseur des droits de l’homme à géométrie variable. A-t-il mené une seule action, même ultra symbolique, quand les Etats unis d’Amérique ont légalisé la torture ? A-t-il mené une seule action pour que les détenus de Guantanamo soient assistés d’avocat ? Robert Menard a un comportement qui soulève des questions sérieuses au sujet des motivations de son action.
LE REGIME THEOCRATIQUE EST INDEFENDABLE
A propos du Tibet. Le Tibet est chinois depuis le quatorzième siècle. Lhassa était sous autorité chinoise puis mandchoue avant que Besançon ou Dôle soient sous l’autorité des rois de France. Parler « d’invasion » en 1959 pour qualifier un évènement à l’intérieur de la révolution chinoise est aberrant. Dit-on que la France a « envahi » la Vendée quand les armées de notre République y sont entrées contre les insurgés royalistes du cru ? Le Dalaï Lama et les autres seigneurs tibétains ont accepté tout ce que la Chine communiste leur proposait et offrait, comme par exemple le poste de vice président de l’assemblée populaire que « sa sainteté » a occupé sans rechigner. Cela jusqu’au jour de 1956 où le régime communiste a décidé d’abolir le servage au Tibet et régions limitrophes. Dans une négation des traditions, que j’approuve entièrement, les communistes ont abrogé les codes qui classaient la population en trois catégories et neuf classes dont le prix de la vie était précisé, codes qui donnaient aux propriétaires de serfs et d’esclaves le droit de vie, de mort et de tortures sur eux. On n’évoque pas le satut des femmes sous ce régime là. Mais il est possible de se renseigner si l’on a le coeur bien accroché. L’autorité communiste a mis fin aux luttes violentes entre chefs locaux du prétendue paradis de la non violence ainsi qu’aux divers châtiments sanglants que les moines infligeaient à ceux qui contrevenaient aux règles religieuses dont ils étaient les gardiens. La version tibétaine de la Charria a pris fin avec les communistes. La révolte de 1959 fut préparée, armée, entretenue et financée par les USA dans le cadre de la guerre froide. Voila ce qu’il en est des traditions charmantes du régime du Dalaï Lama avant les communistes et de l’horrible « invasion » qui y a mis fin. Depuis la scolarisation des enfants du Tibet concerne 81% d’entre eux là où il n’y en avait que 2% au temps bénis des traditions. Et l’espérance de vie dans l’enfer chinois contemporain prolonge la vie des esclaves de cette vallée de larmes de 35, 5 à 67 ans. En foi de quoi l’anéantissement des tibétain se manifeste par le doublement de la population tibétaine depuis 1959 faisant passer celle-ci de un million à deux millions et demi. Pour tout cela, la situation mérite mieux, davantage de circonspection, plus de respect pour les chinois que les clichés ridicules que colportent des gens qui ne voudraient ni pour eux, ni pour leur compagne ni pour leurs enfants d’un régime aussi lamentable que celui du roi des moines bouddhistes du Tibet. A l’heure actuelle je n’éprouve aucune sympathie pour « le gouvernement en exil du Tibet » dont sa sainteté est le décideur ultime sur pratiquement toutes les questions, où siège un nombre de membres de sa famille qu’il est tout à fait inhabituel de trouver dans un gouvernement, même en exil, sans parler de leur présence aux postes clefs de la finance et des affaires de cet exil. Je respecte le droit de sa sainteté de croire ce qu’elle veut et à ses partisans de même. Mais je m’accorde le droit d’être en désaccord total avec l’idée de leur régime théocratique. Je suis également hostile à l’embrigadement d’enfants dans les monastères. Je suis opposé à l’existence du servage. Je suis laïque partout et pour tous et donc totalement opposé à l’autorité politique des religieux, même de ceux que l’album "Tintin au Tibet" a rendu attendrissants et qui ne l’ont pourtant jamais été. Je désapprouve aussi les prises de position du "roi des moines" contre l’avortement et les homosexuels. Même non violentes et entourées de sourires assez séducteurs, ses déclarations sur ces deux sujets sont à mes yeux aussi archaïques que son projet politique théocratique. Je n’ai jamais soutenu l’Ayatollah Khomeiny, même quand j’étais contre le Shah d’Iran. Je ne soutiens pas davantage ni n’encourage le Dalaï Lama, ni dans sa religion qui ne me concerne pas, ni dans ses prétentions politiques que je désapprouve ni dans ses tentatives cecessionistes que je condamne. Je demande: pourquoi pour exercer sa religion et la diriger le Dalaï Lama aurait-il besoin d’un Etat ? Un Etat qui pour être constitué demanderait d’amputer la Chine du quart de sa surface! Son magistère moral et religieux actuel souffre-t-il de n’être assis sur aucune royauté ?
FAUTEUR DE GUERRE
En ce qui concerne le droit international et la géopolitique, le dossier du Tibet tel que présenté par ses partisans est un facteur de violences, de guerres et de déstabilisation aussi considérable que celui des Balkans. Quel genre de Tibet est défendu ? Le "grand Tibet" incluant des régions comme le Yunnan et le Sichuan, sur les territoires des anciens seigneurs de la terre où sont organisés des troubles en même temps qu’à Lhassa ? Bien sur, aucun de ceux qui s’agitent en ce moment ne se préoccupe de savoir de quoi il retourne à ce propos. Rien n’indique mieux le paternalisme néo colonial ni le racisme sous jacent à l’enthousiasme pro tibétain que l’indifférence à ces questions qui mettent en cause la vie de millions de personnes et des siècles d’histoire et de culture chinoise.
J’ai lu que les athlètes français porteraient un maillot avec une déclaration un peu passe partout qui est présentée comme une protestation politique . Je sais très bien que l’inscription "pour un monde meilleur" ne mange pas plus de pain là bas qu’ici. Mais elle sera certainement vécue par les chinois du commun comme un acte injurieux si son motif pro dalai lama est connu. Peut-être est-il cependant aussi un peu hors limite des règles du sport international. Souvenons nous que la ligue européenne de natation a exclu des championnats d’europe de natation le nageur serbe Milorad Cavic parce qu’il portait lors des remises de médailles un teeshirt sur lequel était écrit: "le Kosovo est serbe". Cela fera-t-il jurisprudence? Les champions français qui porteront un slogan annoncé comme politique seront-ils interdits de jeux? Bien sur que non! Puisque le but c’est justement que le Tibet soit aux chinois ce que le Kosovo a été aux serbes. Mais comme cela n’a rien de comparable, à part la volonté de dépeçage de l’ennemi et la mise en scène médiatique, il est fort probable que cela finisse à la confusion des agresseurs. Je le souhaite. Je suis un ami de la Chine. Et je sais que l’intérêt de mon pays et ses valeurs ne sont pas du côté où l’on voudrait les entrainer.

Jean-Luc Mélenchon

Mathieu de Castellbon a dit…

Explication de l'explication de texte. (désolé de mettre les pieds dans le plat)

Si le drapeau tibétain flotte sur la ville d'Oloron, c'est parce que nos consciences sont au coeur d'un combat idéologique sans précédent, un combat médiatico-symbolique au cours duquel on aimerait que ce soit VOUS qui preniez les coups.

A ma droite, les USA, que l'on ne présente plus. Les USA ne seraient pas contre le fait de faire imploser la Chine, idéologiquement parlant comme géostratégiquement. Le sol si riche du Tibet est si tentant également.
C'est dès les années 50, en pleine guerre froide, que la brèche tibétaine a été définie. Ainsi la CIA a très largement financé l'accueil des familles "royales" en exil à la fin des années 50. La CIA a plus tard également financé directement un soulèvement militaire au tibet. Hélas, la population n'a pas suivi car nul ne souhaitait le retour des moines parmi la population (tant ils vivaient à l'époque des moines, dans un servage d'une cruauté rare et dans une misère absolue).
A ma gauche, la Chine, 1.3 milliards d'habitants dont 700 millions de paysans. Une Histoire qui sort tout juste du féodalisme (un peu comme si une organisation chinoise était venue manifester en France contre le massacre de la St Barthelemy...)Des peuples formidablement maltraités pendant des siècles et des siècles, par les différentes luttes des dynasties qui se sont succédées, puis par le colonialisme, puis par le communisme, qui est sans doute la réaction politique à l'humiliation du colonialisme. A une différence près: Le régime communiste réussit le miracle d'unifier durablement toutes les provinces de Chine. La Chine veut bien entendu conserver sa province car si elle s'en privait, non seulement elle perdrait une grande partie de son territoire, mais on assisterait rapidement à des tensions avec d'autres provinces.

Au centre, la télé. Juste devant, vous.
Vous êtes collés à l'écran et que voyez vous en plein milieu ? Ménard, secrétaire général de Reporters Sans Frontières. Organisation financée à la fois par de grands groupes français (médias, armement) mais également par de nombreuses entreprises américaines. Pour la petite histoire, RSF possèderait des parts dans l'entreprise Coca-Cola. Navigue au sein d'associations pro-tibétaines financées par une partie de la droite dure américaine, par des associations proches de la droite cubaine exilée, par quelques sénateurs proches de Bush jr...


Pauvres oloronais... On fait battre le drapeau tibétain comme on fait battre vos coeurs. Au rythme de l'hymne Américain.

Question drapeau, il y a 20 ans, Oloron, c'était l'Amérique, mais seuls les plus âgés s'en souviendront.

Il est heureux d'apprendre que désormais, derrière ce combat pour un pays qui n'existe pas et pour un gouvernement en exil dont les membres actuels sont nommés par les seuls liens du sang, on se bat pour la droite dure évangéliste américaine et pour la pax américana.


Et si l'image de paradis perdu bouddhiste largement diffusé au cinéma n'était qu'une réécriture de toute pièce de l'histoire ?

http://alternatives-international.net/article1894.html


RSF: une ONG pas tout à fait comme les autres...

http://www.oulala.net/Portail/IMG/_article_PDF/article_3360.pdf


En espérant que très bientôt à Oloron nous ayions également un rond poind à la gloire des 5000 êtres humains qui chaque jour, perdent la vie en travaillant et des 24000 autres qui, chaque jour, meurent de faim, de soif, ou pour le tort d'avoir bu des eaux croupies.


Non, à Oloron, on préfèrera les faucons du Tibet.

Michel a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Michel a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Michel a dit…

Je précisrai que les USA ne peuvent plus faire imploser la Chine : elle a en réserve 3 fois la dette intérieure des USA, soit 1400 milliards de dollars, pour enfoncer les USA sur les marchés du monde entier. Le problème, c'est que le système politique chinois ne sera jamais applicable au monde entier, qui a admis la démocratie, qui ne peut exister pour l'heure dans ce pays, incapable de se réformer en profondeur, l'atavisme hyperdirigiste est trop marqué tout au long de son histoire. Leur seul issue expansioniste, c'est le système commercial chinois. Or, comme le marché des capitaux vient de le prouver, tout système commercial tendant à concentrer les revenus marchands (issus du commerce) s'auto-asphyxie, puisqu'il ne redistribue pas. La Chine est donc vouée à grimper en puissance financière, puis être isolée comme cela est en train de se produire avec les USA, avant d'imploser à son tour. Une source de conflit majeur en perspective, sur le long terme, si on continue comme ca.

Il faut donc une alternative, et elle est déjà mûrement réfléchie avec le partage des richesses produites, la croissance zéro, les énergies propres, le micro-crédit, etc...
Pour revenir au sujet du Tibet, il faut espérer que la Chine comprendra un jour que l'impérialisme visant à soumettre les populations simples et assez intelligentes pour pratiquer la non-violence et une vie équilibrée avec le milieu, cet impérialisme est aussi voué à disparaître : ce que les américains ont fait au Vietnam et en Irak ne pourra pas se reproduire éternellement. Pourquoi ne pas s'y mettre dès aujourd'hui ? Voilà, je crois, ce qu'il faut expliquer aux chinois, si friands des jeux olympiques pour légitimer leur pseudo-ouverture au monde qu'il ne voient même pas le bout de leur doigt en train de se gangréner.

Mathieu de Castellbon a dit…

Merci de ton intervention Michel, et pardonne moi pour le raté de la suppression de ton premier post, je n'avais pas saisi qu'il était en deux parties.

Je te répondrai dans les jours qui viennent.

En attendant, j'aimerais juste copier-coller ici une réaction à la montée au créneau de Mélenchon:



Bonjour Monsieur,

je suis chef d’entreprise et j’appartiens à une race en voie de disparition les gaullistes sociaux qui croient à l’entreprise France et travaille le soir pour un meilleur ” Vivre ensemble” . Je ne suis pas toujours d’accord avec vous, mais je vous ai écouté ce matin et je dois dire que je suis 100 % en phase avec vos propos. J’aime votre courage de dire les choses vraies et factuelles. C’est vrai que le régime tibétain est théocratique, les gens savent ils qu’il y avaient des Tibétains proche d’Hitler à Berlin??? Continuez j’aime vote langage de vérité et j’ai de l’estime pour votre courage de déplaire face à la pensée molle convenue et relayée avec complaisance par les médias. Ce Ménard que vous avez vilipendé ce matin, comme vous, m’a toujours paru trouble, et son acharnement hystérique suspect et révélateur d’ambitions personnelles visibles.

Jean-Luc , je ne suis pas un homme de Gauche, mais un homme qui vit au travail au quotidien son idéal humain avec les hommes qu’il encadre , continuez , la France a besoin de vous, et comme a dit je ne sais qui : ” Quand tout le monde pense la même chose c’est que plus personne ne pense”. Vive les esprits libres.


D.P.